De nouvelles expositions à la coopérative Méduse

Ce vendredi 12 janvier, la coopérative Méduse souligne la rentrée hivernale en présentant des vernissages aux galeries Ahkwayaonhkeh, La Bande Vidéo et L'Œil de poisson, Engramme et VU. Le Cinéma Beaumont présentera également un film dans le cadre de sa programmation régulière.

De nouvelles expositions à la coopérative Méduse | 8 janvier 2024 | Article par Olivier Alain

La coopérative Méduse vue de la côte d'Abraham

Crédit photo: Marianne Richer

Ce vendredi 12 janvier, la coopérative Méduse souligne la rentrée hivernale en présentant des vernissages aux galeries Ahkwayaonhkeh, La Bande Vidéo et L’Œil de poisson, Engramme et VU. Le Cinéma Beaumont présentera également un film dans le cadre de sa programmation régulière.

Dès 17h, le public est invité à venir découvrir les expositions qui seront présentées tout au long de l’hiver. Un service de bar sera offert au Cinéma ainsi qu’aux galeries VU et L’Œil de poisson.

Kwaweyih

Le centre d’artistes Ahkwayaonhkeh présente Kwaweyih, une exposition regroupant les œuvres d’Aïcha Bastien-N’Diaye, de Craig Commanda et  de Marie-Andrée Gill, qui font respectivement partie des nations Wendat, Anishinaabe et Ilnu.

L’exposition s’articule autour de la rencontre de ces trois artistes aux pratiques et aux trajectoires différentes. C’est par le collage, les installations et la vidéo qu’il et elles expriment leur rapport au monde et la façon dont leurs cultures respectives s’y ancrent.

Corps habité

Geneviève Thibault présente, à La Bande Vidéo, une installation qui retrace un projet de longue haleine qu’elle a réalisé avec la communauté des Ursulines de Québec. Avec l’aide de la réalité virtuelle, l’artiste a pu faire revisiter aux religieuses la chapelle de leur Monastère du Vieux-Québec. Ces dernière ont dû quitter les lieux, il y a quelques années, pour s’installer dans une résidence pour personnes âgées de Beauport.

L’exposition donne un accès indirect aux lieux visités par les religieuses. C’est à travers leurs réactions et les souvenirs qu’évoquent leur expérience que le public découvrira le Monastère.

Lancement triple à L’Œil de poisson

Deux expositions auront lieu à L’Œil de poisson. Isabelle Demers, Pascale Laliberté, Josiane Lanthier, André Ménard, Fanny Mesnard, Olivier Roberge et Guillaume Tardif présenteront à la grande galerie La résonance de la nature, une exposition dirigée par le commissaire Paul Brunet. Les artistes participants proposent des œuvres explorant le lien entre nature et art contemporain.

L’exposition Code d’erreur : l’aube, par Valérie Cain Bourget, occupera la petite galerie. L’artiste s’intéresse  aux structures et aux dispositifs que l’on pourrait qualifier «de fortune» mis en place dans des situations d’urgence.

De plus, deux lancements de livre auront lieu au bureau de L’Œil de poisson. Marc-Antoine K. Phaneuf, directeur artistique de la galerie, lancera Mauvaise herbe. De son côté, Marie-Douce St-Jacques présente Une entrée.

Publicité

Engramme

Alejandra Basanes présentera l’exposition Le silence des femmes est plein d’histoires à la galerie Engramme. Il s’agit d’une installation composée de plusieurs objets simples qui appellent à une réflexion sur la condition de la femme.

VU

Petit rien, une exposition de Gaston Côté à laquelle ont collaboré Isabelle Drouin, Mélissa Longpré et Zaynab Mortada, sera lancée à la galerie VU.  Le travail de l’artiste vise à redonner une certaine noblesse aux petits riens qui restent souvent ignorés. Côté s’intéresse à la relation entre l’humain et l’objet. Il invite le public à appréhender ce qui l’entoure avec un regard neuf. Il donne à l’objet une dimension magique en le sortant de la banalité du quotidien.

Une relecture de Virginia Woolf

Le Cinéma Beaumont présentera le film Orlando, ma biographie politique. Réalisé par Paul B. Preciado, cet essai documentaire se veut une relecture du roman Orlando publié par Virginia Woolf en 1928. L’ouvrage se présente comme une biographie fictive d’un homme qui se réveille, après une longue période de sommeil, dans un corps de femme.

Preciado  s’intéresse à l’actualisation de la figure d’Orlando, près d’un siècle après sa création, dans un contexte social et politique au sein duquel les réflexions sur les identités de genre occupent une place importante.

Des informations supplémentaires se trouvent sur la page Facebook de Méduse.

Lire aussi :

C’est la fin pour Galerie.a

Galerie.a ferme définitivement ses portes.

La fondatrice en a fait l'annonce aujourd'[...]
Lire sur Monsaintroch

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir