ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE

Chaque samedi, recevez nos nouvelles les plus lues, offres et activités incontournables dans le quartier. La lecture parfaite avec votre café!  ☕

Publicité

François Simard à Québec

Tarif

Gratuit

Description de l'activité

Chiguer art contemporain a le plaisir de présenter la nouvelle exposition à la galerie de Québec! 

François Simard – Vues sur l’autre rive

VERNISSAGE: vendredi le 19 janvier
Les expositions seront présentées du 19 janvier au 18 février 2024

François Simard
Bien que la facture des œuvres de François Simard varie considérablement d’une série à l’autre, celles-ci sont toujours élaborées de la même façon. Le processus débute par un principe initiateur nommé le « système de probabilités ». Agissant comme une contrainte de départ, cette restriction imposée oriente les interventions picturales dans la réalisation d’un tableau donné. Celui-ci sera par exemple un paysage, un portrait, une grille abstraite, un hard edge plasticien, etc… De cette contrainte résulte ainsi une séquence de production qui limite et encadre les possibilités créatives.

À un certain moment de l’exécution, les gestes se superposent, s’éloignant de plus en plus de leur vocation dictée par la donnée de départ, puis, de façon très spontanée, se mettent à flotter entre l’espace représenté et celui de la surface. À d’autres moments, les gestes sont absents, ne laissant subsister que la grille dans une séquence chromatique bien définie.

Dans Vues sur l’autre rive, François Simard invite le spectateur à une méditation contemplative et poétique sur le geste de création, la mémoire, et le rapport de l’homme à la nature. À travers ce nouveau corpus, l’artiste poursuit ses explorations picturales en interagissant avec des gravures de paysages canadiens du 19e siècle. Cette nouvelle production intègre plus particulièrement des gravures extraites d’archives de journaux, réalisées entre 1870 et 1885. Ces images, dont la composition correspondait aux codes de représentation classiques du paysage en peinture, illustraient l’actualité à une époque où la photographie n’en était qu’à ses balbutiements.

Exhumant ces gravures de l’oubli, François Simard manipule ces représentations par des interventions abstraites, leur offrant ainsi un nouveau souffle. D’abord, par des procédés de recadrage ou des recouvrement, l’artiste évacue tout élément narratif ou historique de la représentation, mettant en lumière, avec poésie, le caractère immuable de ces paysages de forêts, de montagnes, de lacs et de rivières face à la fugacité de l’existence humaine. Alors que les sites représentés, identifiables par le titre, demeurent reconnaissables aujourd’hui, les auteurs des gravures, eux, ont sombré dans l’anonymat.



Joignez-nous sur les médias sociaux

  •  
Publicité