Une première campagne de dons à la MMAQ : « Les métiers d’arts porteurs de mémoire »

La Maison des métiers d'art de Québec (MMAQ) a lancé sa première campagne de dons. C'est une première historique dans l'univers des métiers d’art au Québec. L'objectif est fixé à 150 000$. Derrière cette campagne se déploie les enjeux entourant l'importance de la transmission dans ces domaines des arts.

Une première campagne de dons à la MMAQ : « Les métiers d’arts porteurs de mémoire » | 17 avril 2024 | Article par Anne Charlotte Gillain

Les métiers d'arts porteurs de mémoire est la première campagne de dons pour la Maison des métiers d'art de Québec (MMAQ). Le Centre Materia, et l’Institut québécois d’ébénisterie (IQÉ) collaborent également.

Crédit photo: Courtoisie Maison des métiers d'art de Québec

La Maison des métiers d’art de Québec (MMAQ) a lancé sa première campagne de dons. C’est une première historique dans l’univers des métiers d’art au Québec. L’objectif est fixé à 150 000$. Derrière cette campagne se déploie les enjeux entourant l’importance de la transmission dans ces domaines des arts.

Cette première campagne de dons, intitulée Les métiers d’arts porteurs de mémoire, a débuté le 16 avril.

« Toutes les semaines, on mettra de l’avant des thématiques, des enjeux et des éléments en lumière, afin de collecter les dons », relève Thierry Plante-Dubé, directeur général de la Maison des métiers d’art de Québec (MMAQ).

L’objectif souhaité de l’OBNL s’élève à 150 000 $ de dons.

Les dons sont acceptés jusqu’au 30 juin 2024.

M. Plante-Dubé précise que des reçus pour don de bienfaisance sont émis automatiquement par courriel.

« Les gens peuvent utiliser ces reçus-là lors de leur déclaration de revenus. Ils peuvent avoir un crédit d’impôt en fonction de leurs revenus et la hauteur du don », soulève-t-il.

« Pour les personnes faisant un premier don important de 5 000 $ en culture, le retour de crédit d’impôt est plus élevé du gouvernement du Québec. Cela permet d’encourager les gens plus aisés de s’impliquer en culture », ajoute-t-il.

Se tourner vers la philanthropie

Le lancement de cette première campagne de dons dans les métiers d’art s’explique par différents facteurs.

Publicité

« Notre financement du ministère de la Culture et des Communications et du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) pour le centre Materia oscille entre 25 et 29% sur une base annuelle », développe M. Plante-Dubé.

« Ce n’est pas énorme. Donc, ça nécessite des revenus autonomes. C’est une façon de maintenir la qualité de nos services. »

Ainsi, la Maison des métiers d’art de Québec a décidé de se tourner vers la philanthropie.

Les dons reçus vont servir très concrètement à l’OBNL. C’est le cas notamment des ateliers de médiation culturelle, entre autres.

« Par exemple, un don de 50$ permet d’ajouter un enfant de plus à nos ateliers de médiation culturelle. Ce n’est quand même pas rien, puisque ces ateliers-là touchent un public de jeunes entre 5 et 17 ans. Certains sont peut-être de milieux socio-économiques moins aisés que d’autres. Pour nous, c’est important de pouvoir offrir des activités gratuites à un bassin plus large », précise-t-il.

« Les métiers d’arts porteurs de mémoire »

Pour la MMAQ, cette campagne est un moyen pour sensibiliser la population aux dons pour la culture et plus particulièrement pour les métiers d’art.

Derrière cette campagne, on retrouve l’importance de la transmission dans ce secteur spécifique.

« Avec les métiers d’art, on est quand même des transmetteurs de savoir-faire, de connaissances et d’expertise », estime M. Plante-Dubé.

« On forme les entrepreneurs, les artisans de demain qui auront des petites ou moyennes entreprises, mais aussi les artistes qui feront rayonner la culture québécoise à l’échelle nationale ou internationale. »

Il peut s’agir de la céramique, de la sculpture, de la joaillerie, du textile, par exemple.

Les métiers d’arts porteurs de mémoire, le nom donné à cette campagne de dons fait également écho à cet enjeu.

Selon lui, la question de la transmission est très propre aux métiers d’arts, notamment entre générations, entre maître et apprenti.

À plus long terme, la Maison des métiers d’art de Québec espère continuer à mettre en place des campagnes de dons sur une base annuelle.

« À l’heure où on a une planète surpeuplée et surconsommée, il faut retourner à cette essence-là. Pourquoi on consomme ? Il faudrait peut-être consommer moins, mais consommer mieux et des choses fabriquées localement par des gens qu’on connait », résume Thierry Plante-Dubé.

Pour cette première campagne de dons, la Maison des métiers d’art de Québec (MMAQ), le Centre Materia, et l’Institut québécois d’ébénisterie (IQÉ) se sont rassemblés.

Pour faire un don, il suffit de se rendre sur la page dédiée à cet effet de la Maison des métiers d’art de Québec (MMAQ)

Cet article a été produit par Anne Charlotte Gillain, journaliste de l’Initiative de journalisme local

Lire aussi :

L’union fait la force pour Materia et la Maison des métiers d’arts

La fusion entre la Maison des métiers d'art de Québec (MMAQ) et Materia fait de ce centre[...]

Lire sur Monsaintroch

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir