Pour la suite du monde adapté au Théâtre de la Bordée

Du 19 septembre au 14 octobre, sera présentée au Théâtre La Bordée, une adaptation de Pour la suite du monde, un film de Pierre Perrault, Michel Brault et Marcel Carrière. La pièce est une coproduction du Théâtre de la Bordée et La Trâlée.

<em>Pour la suite du monde</em> adapté au Théâtre de la Bordée | 19 septembre 2023 | Article par Olivier Alain

Crédit photo: Vincent Champoux

Du 19 septembre au 14 octobre, sera présentée au Théâtre La Bordée, une adaptation de Pour la suite du monde, un film de Pierre Perrault, Michel Brault et Marcel Carrière. La pièce est une coproduction du Théâtre de la Bordée et La Trâlée.

L’équipe de La Trâlée avait déjà proposé au public de Québec des adaptations de classiques cinématographiques en théâtre d’objet avec Citoyen K, des version revisitées de Citizen Kane, d’Orson Welles, et de Rashōmon, d’Akira Kurosawa. Le théâtre d’objet se trouve aussi au coeur de l’adaptation de Pour la suite du monde.

Cette forme théâtre explore les potentialités des objets qui nous entourent. Il s’agit d’un genre théâtral où tout peut prendre vie et intervenir dans le déroulement de la pièce. L’objet n’occupe plus le rôle passif d’élément du décor. Il devient plutôt un personnage et entre en interaction avec les comédiens. Une réalité qui n’est pas directement représentée sur scène apparait grâce à l’imagination du spectateur.

Pour les besoins de la production, la scène de la grande salle du Théâtre La Bordée a été modifiée de façon à ce que le plancher soit plus bas. Un écran géant permettra de projeter des ombres chinoises et des vidéos pendant le spectacle.

Un film marquant pour le cinéma québécois

Produit par l’Office national du film du Canada en 1962, Pour la suite du monde raconte, avec les codes du cinéma direct, le quotidien des habitants et habitantes de L’Isle-aux-Coudres, alors que ces derniers tentent de faire revivre la pêche aux marsouins. Cette tradition ancestrale se pratique en guidant les marsouins (bélugas) vers les hauts-fonds du fleuve Saint-Laurent, pour qu’ils s’y retrouvent prisonniers à marée basse. Pour ce faire, les pêcheurs plantent des milliers de perches au fond du fleuve et ils les surveillent du rivage.

« C’est une sorte de cure de jeunesse. Une plongée dans le liquide amniotique québécois. Une possibilité de voir un petit bout de nos racines », souligne Lorraine Côté, metteure en scène.

Perrault parvient dans ce film à capturer, de façon honnête et sensible, la vie d’une communauté, son rapport au passé et à l’avenir. En 1963, le Festival de Cannes présente le long métrage  qui connait alors un grand succès critique . Le gouvernement du Québec le définit comme « événement historique » en 2017.

Pour se procurer des billets, rendez-vous sur le site du Théâtre de La Bordée.

À lire:

Québec en toutes lettres: des activités à surveiller dans nos quartiers

Publicité

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir