« Monstres, martyrs et cieux » au 24e Mois Multi | 12 janvier 2023 | Article par Suzie Genest

Robots sapiens Kimbalambala de Precy Numbi (République démocratique du Congo).

Crédit photo: Elize Precy Numbi

« Monstres, martyrs et cieux » au 24e Mois Multi

Monstres, martyrs et cieux peupleront le Mois Multi 2023, du 1er au 26 février. Les Productions Recto-Verso en ont dévoilé mercredi soir la programmation, faite d’œuvres et performances d’artistes d’une dizaine de pays.

Émile Beauchemin s’est réjoui lors du dévoilement qu’on ne nous « présente pas ça à travers un écran ». « Ça fait du bien! », s’est exclamé le commissaire de ce Mois Multi postpandémique « qui défie et refuse la prudence ».

Dès le 1er février, on y découvrira un parcours extérieur en réalité augmentée dans Saint-Roch. L’expérience développée par les Productions Recto-Verso et ALTKEY s’intitule L'Espace suspendu. On la vivra à l’aide d’une application, sur téléphone cellulaire. Ses deux premiers arrêts se dévoileront au coup d’envoi du Mois Multi. La terrasse ronde de la coopérative Méduse sera l'hôte d’une oeuvre de Ludovic Boney, et le terrain du YMCA Saint-Roch, investi virtuellement par Carol-Ann Belzil-Normand.

Trois autres lieux et œuvres s’y ajouteront durant l’année. Le parcours demeurera accessible aussi longtemps qu’il défiera l’obsolescence programmée, selon la directrice générale des Productions Recto-Verso, Mélanie Bédard.

Les scènes du Mois Multi

Une soirée indomptée « désinvolte et poétique » mettra la table pour le volet des Spectacles et performances, le vendredi 3 février, un peu partout dans Méduse. Cinq prestations québécoises font partie de la programmation de ce volet, présenté dans plusieurs lieux.

À la salle Multi, le spectacle des 8-9 février, Mutatis Mutandis! de Laurence Petitpas, s’adresse aux publics de 7 à 99 ans. Il s’agit, selon Émile Beauchemin, d’« une grande création toute pleine de petits moments magiques ». Son et lumière nous y « transportent dans les fonds marins », dans un « monde complètement surréaliste ».

Publicité

Les Deux squelettes de Priscilla Guy et Sébastien Provencher, les 17-18 février, offriront une « satire délirante et poétique dansée ». Les artistes y « observent les délires du web par le prisme de la culture populaire », explique le commissaire. Têtard tout au plus de Collectif Tôle, une « œuvre multiforme », allie poésie immersive, musique, théâtre, littérature.

Au Lieu sur la rue du Pont, les 17-18 février, LOVESPACE lovespace LoveSpace de Suspended Culture (États-Unis) se veut « un hommage aux espaces d’amour et de sécurité » des personnes noires aux États-Unis.

Présenté au Diamant les 22-23-24 février, le spectacle à grand déploiement Storyvillle Mosquito consiste en « un roman graphique joué en direct », résume Émile Beauchemin. Pensé pour les 5 à 99 ans, il met en scène quelque 14 interprètes, musicien.ne.s, marionnettistes, artistes de bruitage, technicien.ne.s, avec le DJ canadien Kid Koala.

Au Pantoum, les 23-24 février, on aura droit à un concert punk rock d’un groupe fictif : MODERN STRUGGLE – strudel moderne, spectacle de Samuel Corbeil. Un groupe bien réel en fera chaque soir la première partie.

« Une population trop peu présente sur les scènes » sera en vedette dans All the sex I’ve ever had, des Torontois Mammalian Diving Reflex, les 24-25-26 février. Des aîné.e.s de Québec y partageront des anecdotes croustillantes et humoristiques de leur vie sexuelle.

Mutatis Mutandis présenté au Mois Multi 2023
Mutatis Mutandis! de Laurence Petitpas,

Sur place et pour emporter : des installations dès le 1er février

À l’Espace 400e, on verra les installations dès le début du Mois Multi, du 1er au 19 février. Elles sont les oeuvres d’artistes « fortement inspiré.e.s par la nature, l’urgence climatique et notre rapport à l’autre, au temps et à la technologie », indique le communiqué de l’événement.

Parmi elles, les monstres (photo en tête d’article) de Robots sapiens Kimbalambala de Precy Numbi (République démocratique du Congo) ripostent aux flux de déchets que l’Amérique du Nord envoie vers Afrique. Ils prendront vie lors d’une performance durant le vernissage et le lendemain. L’oeuvre « incarne la folie des hommes et pose des questions douloureuses », résume Émile Beauchemin. « La pollution va-t-elle dominer le monde? » Voilà l’une de ces questions.

En se prêtant au jeu de Aquaphoneia de Navid Navab (Iran-Canada), le public verra sa voix se muter en eau puis en air dans un processus digne d'un laboratoire scientifique. Présentée en collaboration avec Avatar, l’installation Cascade de Marc Vilanova (Espagne) propose au public de traverser une chute de lumière.

En oscillation de Amélie Brindamour trace un parallèle entre nos réseaux de communications actuels et ceux des champignons dans le sol forestier. Liminal de Louis-Philippe Rondeau invite jeunes et moins jeunes à traverser une arche lumineuse qui questionne l'emprise du passé sur le présent.

Le duo Béchard Hudon signe L’En deçà, une « sculpture sonore aux qualités architecturales, dans laquelle on peut entrer », illustre le commissaire. Une seconde oeuvre du duo, une installation vidéo, propose une réflexion sur l'écoulement du temps.

The Carousel, de Peter William Holden (Allemagne et Royaume-Uni) rend hommage au cinéma et au théâtre d’ombres. Il s'agit d'une « animation générative analogique » produite par la projection de diapositives faites de « découpage de papier cartonné haute précision ».

Aquaphonia - Mois Multi 2023
Aquaphoneia de Navid Navab (Iran-Canada)

Du grand public aux publics pro

Comme à la précédente édition, un terrain de jeu numérique tactile et ludique se déploiera à l’Espace 400e. On y proposera jeux vidéo, vidéo d’art et de réalité virtuelle pour toute la famille. Les familles pourront aussi explorer à la maison une trousse « Mois Multi pour emporter ».

Figure aussi au programme du Mois Multi 2023 la série Cinoche, offerte en collaboration avec Wapikoni mobile, Regard sur le court métrage et Antitube. Cette dernière visitera le réseau de la Bibliothèque de Québec, tout comme GABUZOMEU, une proposition jeunesse signée par l’artiste français Gregaldur.

Pour son 30e anniversaire, Avatar présente au Mois Multi trois cabarets audio, les 10, 17 et 24 février, en formule 5 à 7. Ils mettront en vedette le collectif The Ohio R, Laurence Gravel, Nelly-Ève Rajotte, Cristo Riffo, Hélène Prévost.

Un Volet pro cible la communauté des praticien.ne.s en arts multi et les publics professionnels. Présenté les 8-9-10 février, il propose chaque jour une thématique et une programmatrice ou un programmateur.

Nouveauté à la billetterie du Mois Multi : un forfait Le Monstrueux comprend cinq spectacles pour 90 $. Plusieurs activités sont accessibles gratuitements, dont les installations et le terrain de jeu numérique de l'Espace 400e. On retrouve tous les détails de la programmation et de la billetterie au https://moismulti.org/

Lire aussi :

Topographies : les chemins empruntés, le grand journal

En savoir plus sur...