Saint-Roch dans les années 1970 : la promenade de la rivière Saint-Charles | 5 juin 2022 | Article par Jean Cazes

Une vue sur la promenade de la rivière Saint-Charles, près du pont Drouin, en 1973.

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Saint-Roch dans les années 1970 : la promenade de la rivière Saint-Charles

La série « Saint-Roch dans les années 1970 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives de diverses sources. On revoit aujourd'hui la spectaculaire mise en valeur des berges de la rivière Saint-Charles.

Prise en 1973, la photo en vedette provient d'une diapositive. On y voit le pont Drouin et les édifices du Village de l'Anse (description des Archives de la Ville de Québec). La scène a été captée au même niveau de la rivière Saint-Charles qui faisait l'objet de notre capsule de la semaine dernière. Cette fois, on s'y trouve 28 ans plus tard.

Dans la galerie en fin d’article, la scène réactualisée, en direction ouest, date du 23 mai 2022. Cette perspective souligne la nouvelle forêt linéaire résultant de la renaturalisation des berges de la rivière.

Le Village de l'Anse y est désormais dissimulé. Sa construction est notamment évoquée dans une précédente capsule historique. Celle-ci illustre une vue sur l'entrepôt Paquet remontant à 1947. En amont du pont Drouin, il se trouvait anciennement sur le site de cet ensemble habitations à loyer modique.

Un boisé urbain inexistant en 2000...

Dans Saint-Roch dans les années 1940 : la rivière Saint-Charles industrialisée publié la semaine dernière, nous avons résumé la métamorphose en deux grandes étapes de cette section du cours d'eau autrefois mal-aimé.

Vue aérienne partielle des deux rives de la Saint-Charles. On y reconnaît entre autres la zone industrielle du Vieux-Limoilou, de même que le Marché Saint-Roch (en haut, au centre). 17 août 1970.
Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

En quelques mots, dans une volonté d’assainissement, c'est en 1969 que la Ville de Québec amorçait la bétonisation des berges de la rivière suivant le modèle de la Seine, à Paris.

Publicité

Vingt-sept ans plus tard, cette canalisation privant la Saint-Charles d'un écosystème naturel, l’administration L’Allier lançait son vaste chantier de naturalisation sur quatre kilomètres, lequel s'est étiré jusqu’en 2007.

Durant la phase II achevée en 2000, un boisé a vu le jour le long de cette section de la rivière Saint-Charles.

Archives de la Ville de Québec

À l’exemple de la photo en vedette, beaucoup d'images archivées de la Ville de Québec sont disponibles en ligne. On peut en faire la diffusion sans licence et sans frais en utilisant les vignettes estampées au logo de la Ville et en citant correctement les sources.

La photo en entête éveille en vous des souvenirs? N’hésitez pas à nous les partager sur notre page Facebook

Voir la capsule précédente :

Saint-Roch dans les années 1970 : les bancs du mail et sa « faune locale »

À lire aussi :

Flore et faune locales : nos tortues urbaines