L’ordre du jour 2023 de Pierre-Luc Lachance

Une quinzaine de personnes ont assisté mardi soir à la Maison de la coopération à la rencontre annuelle avec leur conseiller municipal, Pierre-Luc Lachance. Une occasion d’entrevoir l’année 2023 dans Saint-Roch–Saint-Sauveur, après un bilan de 2022.

L’ordre du jour 2023 de Pierre-Luc Lachance | 14 décembre 2022 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Pierre-Luc Lachance

Une quinzaine de personnes ont assisté mardi soir à la Maison de la coopération à la rencontre annuelle avec leur conseiller municipal, Pierre-Luc Lachance. Une occasion d’entrevoir l’année 2023 dans Saint-Roch–Saint-Sauveur, après un bilan de 2022.

De diverses rues à la future patinoire Bleu Blanc Bouge en passant par le tramway, plusieurs chantiers d’aménagement se profilent ou se poursuivront dans le district. Le parc à l’angle des rues du Parvis et de la Salle prendra forme. Celui de la Pointe-aux-Lièvres se transformera. Qui dit Pointe-aux-Lièvres dit écoquartier – un mot qui semble fort en l’absence de services à proximité, ont souligné des citoyen.ne.s.

« J’ai parlé avec une grosse chaîne d’épicerie pour les inciter à aller s’implanter là, je ne sais pas quelle sera leur décision. (…) Je suis assez d’avis que nos futurs écoquartiers devraient être plus agressifs sur les commerces de proximité », a dit l’élu.

Le réaménagement de la Marina Saint-Roch et du parc Gilles-Lamontagne est dans les cartons depuis un certain temps. En 2023, on sera convié à des activités de participation publique à ce sujet.

Dans Saint-Sauveur, le réaménagement du parc Durocher entraînera sa fermeture pour 16 semaines. Elle s’étendra durant l’été, forçant le Marché Saint-Sauveur à se relocaliser en 2023. De nouvelles activités de participation citoyenne auront lieu pour le terrain Verdun, dont l’analyse de l’échantillonnage est en cours.

Des rues conviviales et mieux sécurisées

On assistera en 2023 à une transformation de la rue Caron, présentée la semaine dernière. Le scénario retenu prévoit piste cyclable dans les deux sens et voitures dans un seul et 66 arbres supplémentaires, entre autres. D’autres réfections de rues en profondeur permettront l’ajout d’arbres, notamment sur la rue des Embarcations.

Du côté de Saint-Sauveur, les rues Père-Grenier, Boisseau, Bagot, Saint-Benoit prendront un nouveau visage. On peut s’attendre en 2023 à des activités de participation publique pour la rue Saint-Vallier Ouest. Un test à la fin de l’été avait soulevé les passions. « Il y a eu du bon et du moins bon », a concédé l’élu. « On réactive ce dossier-là, dont la réalisation sera plus 2024-25. »

La Ville étudie la possibilité de modifier les séquences des feux de signalisation sur le boulevard Charest, de Marie-de-l’Incarnation à de la Couronne. Il s’agirait de placer le feu piéton après le feu rouge des rues perpendiculaires. L’inspiration est venue d’un citoyen. Constatant beaucoup d’infractions de véhicules aux feux rouges sur Charest, il a lancé cette idée.

Infrastructures et logements sociaux

Du côté des infrastructures, dans Saint-Roch on verra l’achèvement du réaménagement de l’édifice FX Drolet. Rappelons qu’il abritera le poste de police communautaire et la cour municipale.

Publicité

Les travaux iront bon train dans l’immeuble voisin de Lauberivière, où prendront place les nouvelles cuisines du Pignon Bleu. Quant à la livraison de la bibliothèque Gabrielle-Roy, elle est désormais fixée au début de l’automne 2023, a dit Pierre-Luc Lachance.

Dans Saint-Sauveur, le chantier qui rendra la piscine Wilfrid-Hamel « accessible universelle 100% » se poursuivra jusqu’à l’automne 2023. Non loin, le Patro Laval agrandira ses espaces. À terme, ils accueilleront davantage d’activités et un « marché de proximité avec des fruits et légumes à prix modique », a mentionné Pierre-Luc Lachance.

Sur le stationnement Carillon, le projet de 30 logements communautaires pour personnes aînées seules incluant un CPE se développera, en vue d’une livraison à l’été 2025. Le stationnement de surface de 84 places fera place à un souterrain de 59 cases et 25 cases pour vélo. Communauto doit y conserver sa place. Il y aura aussi 10 bornes électriques, a indiqué M. Lachance. On suivra aussi le développement du projet de coopérative d’habitation à l’ancien bar Kirouac.

À l’ancien poste de la Reine dans Saint-Roch, le chantier du Zénith, qui amènera aussi un stationnement souterrain, se mettra en branle. Il comprendra 31 unités de logement social pour jeunes issus « de la DPJ » et 77 pour des familles et personnes seules. Le projet est présentement à l’étape des plans et devis.

Grands dossiers et questions pour Pierre-Luc Lachance

Parmi les grands dossiers du conseiller municipal de Saint-Roch – Saint-Sauveur dans son district, il y a l’itinérance zéro. « Ce n’est pas avoir zéro itinérant », a rappelé l’élu.

« L’itinérance zéro, c’est : personne ne se retrouve en situation d’itinérance plus de 3 mois consécutifs. »

Il a rappelé l’objectif d’assurer un « continuum de services » et la nécessité d’arrimer les actions « municipal-provincial ». Des citoyen.ne.s ont exprimé leurs préoccupations. Pour l’un, la Ville doit miser sur « la coercition, resserrer la réglementation sur le flânage et la mendicité ». Un autre s’est inquiété du crime organisé, dont il entend parler.

Dans un autre registre, Pierre-Luc Lachance a parlé de la Vision de la mobilité durable de la Ville de Québec, des projections pour aVélo et pour le réseau cyclable, de la biométhanisation. En avril 2023, ce sera au tour de Saint-Roch et Saint-Sauveur de « recevoir des sacs mauves » pour la collecte des résidus alimentaires, a-t-il rappelé.

Les questions des citoyen.ne.s au long de la soirée ont dénoté des préoccupations pour le patrimoine bâti et le fonctionnement de la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec.

Le secteur de l’autoroute Laurentienne, son avenir de boulevard urbain, les nouvelles constructions qui le longent sont revenus dans les interventions. On a questionné l’élu sur le clocher de l’église Saint-Sauveur. « L’architecte avait pris du retard dans sa conception », a-t-il expliqué. On en est maintenant aux soumissions pour le remettre en place et « on approche de la fin », a-t-il assuré.

Incidemment, Pierre-Luc Lachance a souligné durant la soirée n’avoir aucune aspiration à succéder un jour à Bruno Marchand comme maire de Québec.

Lire aussi :

Catherine Vallières-Roland et Mélissa Coulombe-Leduc : des réalités semblables

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir