Liratoutâge, ou l'art d'écouter lire | 1 novembre 2022 | Article par Elizabeth Jean-Allard

La fondatrice de Liratoutâge, Godelieve De Koninck, lors du symposium annuel de la Fédération québécoise du loisir en institution.

Crédit photo: Liratoutâge

Liratoutâge, ou l'art d'écouter lire

Fondé en 2008 par Godelieve De Koninck, Liratoutâge se déploie maintenant sur l’ensemble du territoire québécois. Entièrement bénévole, l’organisme orchestre des séances de lectures dans des lieux de résidences pour aîné.es. Pour ceux et celles qui ne sont plus en mesure de lire, Liratoutâge prend le relais, un ouvrage à la fois.

Alors qu’elle aidait sa mère à se trouver une place dans une résidence pour aînés, Godelieve De Koninck trouvait que les gens semblaient s’ennuyer, comme s’ils attendaient quelque chose. Grande lectrice dans l’âme, elle a décidé de contacter un neveu pour être en mesure d’aller faire la lecture à toutes ces personnes.

« On lit aux personnes qui ne peuvent plus lire pour différentes raisons. Soit qu’elles ne voient plus, soit qu’elles ont des déficits cognitifs », explique-t-elle.

Au départ, elle lisait dans quelques résidences. Un article de Mylène Moisan a toutefois eu un effet boule de neige. Quelques années plus tard, elle se trouve à la tête d’un réseau de bénévoles qui s’étend de l’Abitibi à Sept-Îles.

Une « idée folle » qui porte fruit

Cette « idée folle », comme la qualifie Mme De Koninck, a attiré l’attention de nombreux bénévoles et établissements. Deux subventions obtenues du programme Québec ami des aînés (QADA), grâce à l'aide de l’Association des retraitées et retraités de l’éducation du Québec (AREQ), dont elle fait partie, ont facilité l’expansion de Liratoutâge. « Ça a donné tout un essor, et beaucoup de crédibilité », relate la Docteure en sciences de l’éducation et ancienne orthopédagogue.

La petite dernière s’échelonne sur trois ans afin de supporter l’organisme dans son déploiement. Aux yeux de Godelieve De Koninck, cela représente une belle action pour les aînés. Surtout à la suite des nombreuses dénonciations en lien avec la qualité de vie des personnes âgées en CHSLD durant la pandémie.

Publicité

Cependant, la pandémie a aussi limité les possibilités de lecture dans les résidences. Liratoutâge a donc ajouté les lectures virtuelles à son éventail d’options. Sur une période d’un an et demi, les bénévoles ont performé 55 lectures en ligne. Malgré certains revers technologiques, l’accessibilité de ces lectures en résidence semblent s’améliorer.

Écouter lire

Les lectures effectuées auprès des aînés sont variées. En allant de la fiction à l’actualité, en passant par la poésie et les récits de voyage, les bénévoles arrivent avec une quantité infinie d’options. Bien que la fondatrice ait mis sur pied une banque d’ouvrages, les bénévoles n’ont de cesse de la fournir.

« La lecture, c’est une activité différente. Et je me dis que pour les gens qui bougent moins, la lecture peut faire rêver, voyager, apprendre. Ça n’a pas de limite. »
- Godelieve De Koninck

Les lectures de groupe sont généralement d'une durée de 45 à 60 minutes. Des séances de lectures individuelles peuvent aussi être organisées sur recommandation.

La fondatrice de Liratoutâge souhaite aussi souligner l’importance des bénévoles qui fond vivre l’organisme. Sans eux, son idée folle ne serait pas la même.

Si vous souhaitez devenir bénévole ou recommander un établissement pour des lectures, vous pouvez vous rendre sur le site internet de Liratoutâge.

Lire aussi

Concerts Résonants : propager la musique de chambre

Les activités d'Halloween dans nos quartiers