La Quête propose le paiement électronique | 17 octobre 2022 | Article par Suzie Genest

Martine, camelot de La Quête, photographiée en 2016

Crédit photo: Jean Cazes

La Quête propose le paiement électronique

Des camelots du magazine de rue La Quête offrent désormais une solution de paiement électronique. C’est l’aboutissement d’un projet qui mijotait depuis deux ans.

« L’idée n’est pas d’éliminer l’argent. C’est qu’il y ait une autre option d'achat de La Quête pour les gens qui n’ont pas d’argent comptant sur eux », explique la coordonnatrice Francine Chatigny. « On pense qu’on va aller chercher plus de jeunes. »

Depuis septembre, Martine, camelot de longue date qu’on rencontre dans Saint-Roch, l’utilise. « On voulait le tester avec quelques personnes d’abord », poursuit Mme Chatigny. Les camelots sont super enthousiastes. Martine, elle trouvait ça vraiment le fun, les gens trouvent ça facile et ça va bien.

« Avec la pandémie, on a retiré les camelots pendant quelques mois. Quand est venu le temps d’y retourner, avec les distributrices, on avait déjà quelqu’un qui travaillait sur une solution de paiement. On avait donné le contrat à un individu, qui a rencontré des problèmes de santé. On se disait : pas de stress, on comprend. Si nous, on ne peut pas comprendre qu’un travailleur autonome n’ait pas de filet de sécurité, qui va le comprendre? »

Les délais se sont prolongés. Le conseil d’administration de l’Archipel d’Entraide a finalement pris la décision de trouver un autre fournisseur, à l’automne 2021.

« On a donné le mandat à Kumojin, qui a travaillé dès l’automne. Nous, ça nous prenait plus temps... On voulait le lancer en juin, mais les camelots n’étaient plus d’attaque », mentionne Francine Chatigny.

« On a été chanceux. Kumojin nous a fait un prix par empathie pour le communautaire. Ça reste un projet coûteux : on a profité du contexte de la pandémie, quand il y a eu des (fonds spéciaux) pour répondre à des besoins. »

Publicité

Un achat, pas un don

À Montréal, pour le journal de la rue L'Itinéraire, la solution de paiement électronique fonctionne par texto, dit-elle. Elle est gérée par la Fondation de don sans fil du Canada. « Mais ce n’est pas un don : on achète un produit, le camelot, il a une job. Le mot "don" me dérangeait. On a cherché d’autres solutions. »

La solution retenue pour La Quête est différente. Les nouveaux permis des camelots arborent un code QR. En le balayant avec son téléphone mobile, on accède à l’interface de paiement. On y voit la photo et le nom du camelot, le montant de l’achat. Il est possible d’ajouter un pourboire.

C'est une procédure simple pour les personnes qui ont déjà enregistré leur carte de crédit (Google Pay, Apple Pay). Les autres doivent inscrire leur numéro de carte manuellement. C'est moins commode sur un coin de rue, dit Mme Chatigny. Elle recommande d'enregistrer sa carte au préalable.

Le camelot qui travaille près de la Boîte à Pain sur la 3e Avenue nous avait informés qu'il offrirait le paiement électronique à compter de la fin septembre.

« Les camelots peuvent venir chercher leur nouveau permis avec code QR. Pour l’instant, il y en a juste quelques-uns, mais ça va se répandre. Tous ceux qui vont vouloir l’utiliser vont pouvoir. Le code QR, aujourd’hui, tout le monde sait ce que c’est. Ça a été associé à un fameux passeport vaccinal… Le temps que ça pris pour le projet, ça a eu du bon, finalement », évalue Francine Chatigny.

Il y aura un dévoilement officiel de la nouvelle solution de paiement dans quelques jours, indique Mme Chatigny. On peut suivre les nouvelles du magazine de rue La Quête sur sa page Facebook.

Lire aussi :

Un dernier papier pour « Les voix des ruElles »

En savoir plus sur...