La Cheminée nocturne: nouveau refuge de nuit pour la population itinérante | 9 novembre 2022 | Article par Julie Rheaume

Le Café-rencontre Centre-ville, en 2018.

Crédit photo: Jean Cazes

La Cheminée nocturne: nouveau refuge de nuit pour la population itinérante

La Cheminé nocturne, située au Café-rencontre du centre-ville, ouvrira bientôt ses portes pour la période hivernale. Elle offrira un lieu d’accueil et de repos aux personnes n’ayant pas d’endroit où passer la nuit, à celles en situation d'itinérance ou qui désirent se réchauffer quelques heures par temps froid.

Ce lieu, qui se trouve au Café-rencontre du centre-ville, sera sous la responsabilité du YMCA Saint-Roch. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale et la Ville de Québec en sont les partenaires.

Combler des besoins en itinérance

La Cheminée nocturne visera d'abord à offrir un service de répit de nuit dans le secteur de Saint-Roch. Elle sera accessible 7 jours sur 7, de 22 à 6h. Des intervenants et intervenantes communautaires seront présents afin d’accueillir et d’assurer la sécurité et le bien-être des personnes qui s’y rendront. Des breuvages chauds, des collations et des couvertures seront également offerts, a précisé le CIUSSS dans un communiqué.

« L'implantation d'un milieu alternatif de répit durant la période de pandémie a permis de préciser certains besoins en itinérance, dont celui de l’ajout d’un milieu alternatif et complémentaire aux services offerts dans les ressources d’hébergement d’urgence (RHU). C’est dans ce contexte que le CIUSSS de la Capitale-Nationale a lancé un appel de projets afin de permettre le déploiement de services ponctuels par grands froids pour l’année 2022-2023. L’ensemble des partenaires poursuivent par ailleurs leurs travaux pour bonifier l’offre de services et les mesures structurantes pour la région », ajoute le CIUSSS.

La Cheminée nocturne, un refuge nécessaire

Des intervenantes impliquées dans le dossier ont mis l'accent sur la nécessité d'avoir un tel refuge pour les personnes en situation d'itinérance.

« Toute personne qui n’a pas d’endroit où passer la nuit doit avoir accès à un lieu sécuritaire pour s'abriter, se reposer ou rencontrer des intervenants. C'est vrai tout au long de l'année, c'est encore plus vrai l'hiver. Pour notre établissement, il importe de soutenir activement les partenaires communautaires pour offrir les meilleurs services d'accueil ou d'hébergement possible, tout en poursuivant nos efforts collectifs pour réduire et prévenir l'itinérance », a indiqué Véronique Fugère, directrice des programmes Santé mentale, Dépendances et Itinérance du CIUSSS de la Capitale-Nationale, dans une déclaration transmise aux médias.

Publicité
Marie-Pierre Boucher
Marie-Pierre Boucher.
Crédit photo: gracieuseté

« Je suis très heureuse de la bonification du projet de la Cheminée Nocturne pour prendre soin des gens en situation d’itinérance. C’est un geste concret qui fera une énorme différence dans la vie de ces personnes et pour ceux qui cohabitent dans le secteur. Le CIUSSS et la Capitale-Nationale et les autres partenaires issus du milieu communautaire sauront assurément livrer un service efficace. Nous poursuivrons nos efforts avec tous les partenaires pour atteindre des objectifs avec une vision ambitieuse », a quant à elle ajouté Marie-Pierre Boucher, conseillère municipale, membre du comité exécutif responsable du développement communautaire et social à la Ville de Québec, dans le même communiqué.

Pas assez pour Jackie Smith

Jackie Smith, cheffe de Transition Québec et conseillère de Limoilou, croit toutefois que la Ville de Québec n'a pas de plan structurant dans le dossier de l'itinérance.

« Depuis un an, l'équipe de Bruno Marchand nous parle d’itinérance zéro, avec neuf mesures concrètes à mettre en place, avec l’accent sur le logement pour les personnes en situation d’itinérance. Depuis un an, on ne voit que des gestes timides et aléatoires. Il faut un plan structuré avec des projets concrets basés sur les besoins des organismes qui travaillent en itinérance. Il est minuit moins une, mais bien entendu on se réjouit pour les personnes qui pourront profiter de ce nouveau lieu alors que les nuits seront de plus en plus froides », a réagi Jackie Smith par voie de communiqué.

Rappelons que la fermeture définitive du Local, situé dans l'église Saint-Roch, a récemment été annoncée. L'organisme n'avait pu s'entendre avec la Ville sur sa relocalisation, comme le rapportait Radio-Canada, le 26 octobre. L'endroit servait aussi de lieu d'accueil et de refuge aux personnes marginalisées. Il avait ouvert ses portes à la fin de 2020.

Mme Smith a aussi déploré le manque de communication et de collaboration entre l’équipe du maire et les intervenants sur le terrain:  « On commence la deuxième année du mandat et les organismes communautaires qui travaillent depuis des décennies avec les personnes itinérantes ne reçoivent pas le soutien de la Ville.  Les services que fournissaient le Local répondaient à un besoin qui demeure criant. Le projet annoncé aujourd’hui (le 9 novembre) ne le comble malheureusement pas. Il faut que l’administration Marchand cesse de faire semblant d’agir dans le dossier d’itinérance et nous propose des vraies solutions structurées ».

 

À lire aussi:

Le Local : un lieu pour marginalisés au coeur de Saint-Roch

En savoir plus sur...