Un Festival de la décroissance pour juin 2022 | 28 février 2022 | Article par Viktoria Miojevic

Activité sur la Fresque climat du Centre Communautaire et Résidentiel Jacques-Cartier de l'automne 2021.

Crédit photo: Gracieuseté

Un Festival de la décroissance pour juin 2022

Un Festival de la décroissance est en train de naître à Saint-Roch. Depuis 2019, des citoyen.ne.s et le responsable Objectif résilience du Centre communautaire et résidentiel Jacques-Cartier se réunissent. Monsaintroch s’est entretenu avec Laurent Metais, après la rencontre publique du 16 février dernier.

L’histoire du festival débute à l’automne 2019, alors que le Centre Jacques-Cartier organise des soirées hebdomadaires sur la transition sociale et la décroissance. « Avec le temps, on a commencé à avoir un certain succès. Ça tournait à chaque fois autour de 45 à 90 personnes », se souvient Laurent Metais.

À l’hiver 2020, les discussions émergent quant à la possibilité de lancer un festival ou un collectif. Une demande de subvention au programme Action-Climat est alors soumise au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Pendant la pandémie, des rencontres visuelles s'organisent afin d’animer des échanges sur des thématiques liées à la décroissance. « De là, on a créé le collectif Québec en décroissance et on a écrit des articles à plusieurs mains là-dessus », illustre Laurent Metais.

Il affirme que la justice sociale et la lutte aux changements climatiques seront au cœur du Festival de la décroissance.

« Le concept de décroissance, c’est qu’il ne peut pas y avoir une croissance infinie dans un monde de ressources finies. La croissance économique est fondée sur la production de biens et d’énergie. Ces deux choses ne sont pas infinies sur terre, donc tant qu’à subir une décroissance, autant la choisir. »

Clément Frayssinous, Claudia Gagne, Roxy Russell et Carlos de Siguerido, aux côtés de Laurent Metais, développent désormais la mouture finale du projet. Le festival aurait lieu les 18-19 juin 2022.

Publicité

Un lieu d’échange

Le festival s’incorpore au projet Objectif Résilience, financé par Action-Climat. Ce sont 10 000 $, sur trois ans, qui vont au Festival de la décroissance. Cette année, le festival va s’inclure à la programmation du 30e anniversaire du Centre Jacques-Cartier.

« C'est ouvert à toute personne qui a envie de mettre la main à la pâte, en donnant son nom pour la journée même ou être dans l’organisation. On a besoin de personnes douées en graphisme pour faire des affiches, dans la communication et de manière plus large. C’est un projet du Centre Jacques-Cartier, donc il y a cette mission de mixité sociale. Chacun a le pouvoir de faire quelque chose. »

Le 16 février dernier, en présentiel, une vingtaine de personnes ont rejoint la réunion publique organisée pour faire avancer l'idéation du projet. Thématiques, foire de kiosques et d'ateliers, conférences et l’idée d’une Promenade de Jane thématique sur les lieux alternatifs ont émergé. L'évènement est ouvert à la participation des organismes communautaires. Ceux-ci pourraient animer des kiosques ou des conférences, imagine Laurent Metais.

« On veut toucher un large public, ce ne serait pas pour des universitaires qui comprennent les enjeux.  Mais on viendrait vulgariser les enjeux liés à la décroissance », insiste-t-il.

Dans le but de collaborer avec les citoyen.ne.s, des rencontres hebdomadaires publiques sont organisées. La prochaine aura lieu le 16 mars 2022 en présentiel.

Pour plus d'information ou pour participer, Laurent Metais conseille de le contacter à son adresse courriel laurent.metais@centrejacquescartier.org ou de consulter la page Facebook du CJC et celle de Québec en décroissance.

Lire aussi :

Café réparation Québec à la sauvegarde des objets

En savoir plus sur...