À 15 ans, EXMURO arts publics vise les expos à l’international | 22 mars 2022 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: EXMURO arts publics

À 15 ans, EXMURO arts publics vise les expos à l’international

Né il y a 15 ans le long du cimetière Saint-Matthew dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, sous forme d’expo photo, EXMURO arts publics a désormais dans la mire le marché international. « On a fait circuler des oeuvres en dehors de Québec, comme à Ottawa et à Philadelphie, mais on souhaite aller partout dans le monde », souligne Vincent Roy, le directeur général et artistique.

L’an dernier, l’organisme voué à la promotion des arts publics a établi un partenariat avec la Biennale OPENART en Suède. Cette année, des artistes québécoises devraient se rendre dans le pays nordique.

« On a accumulé 15 ans d’expertise. Des cours en arts publics, ça n’existe pas; c’est le temps de transmettre notre savoir aux artistes. L’oeuvre d’art temporaire peut amener au fichier des artistes du 1 % (1 ­% de l’enveloppe d’un lieu public doit être consacrée à une oeuvre d’art). Et en général, ce sont de grosses enveloppes », convient M. Roy, qui réside dans le quartier Montcalm.

De la Pente-Douce aux Passages insolites

Bien que tout ait commencé en 2007, alors que Vincent Roy travaillait au Centre VU Photo dans la coopérative Méduse, ce n’est qu’en 2011 qu’EXMURO arts publics a réellement pris son envol, sur la Pente-Douce.

« À ce moment-là, je côtoyais beaucoup d’artistes en galerie, et à mon sens, il n’y avait pas assez de monde qui voyaient les expos. C’est là qu’a commencé ma réflexion sur le développement d’une structure destinée à la diffusion extérieure de l’art », exprime le photographe de métier. M. Roy a fait le deuil de sa carrière artistique, mais il se concentre toutefois dans la conception et la gestion de projets.

Ainsi, en 2011, les premières oeuvres d’art éphémères d’EXMURO arts publics ont vu le jour sur le mur longeant la côte de la Pente-Douce. L’année suivante se sont ajoutées des colonnes lumineuses dans le parc Saint-Roch et des boîtes électriques décorées de photos dans les quartiers centraux.

Peu de temps après, EXMURO arts publics a été invité par la Ville de Québec à intégrer de l’art public temporaire dans le Vieux-Québec, avec les Passages insolites. On peut penser aux pigeons de Cooke-Sasseville autour de la conserve de soupe Campbell, aux canots suspendus de Giorgia Volpe ou encore aux frites de piscine orange et rose fluo dans un petit passage près de la rue Saint-Pierre.

Publicité

« On ne voulait pas juste présenter des oeuvres d’art dans les lieux publics, mais en faire un parcours. C’était censé durer juste un été, mais ça a frappé l’imaginaire. On a marqué un gros coup avec les Passages insolites, puisque ça a duré finalement neuf ans », résume le directeur artistique d’EXMURO.

« Ça a donné une bouffée d’air frais. On présentait autre chose que de la pub ou de l’affichage fonctionnel. L’art a un impact sur l’image de la ville; ça la rajeunit », ajoute M. Roy.

L’année 2022 devrait marquer la relocalisation de l’organisme en un seul lieu, puisque pour l’instant, les bureaux administratifs sont dans Saint-Roch et l’espace créatif est dans le Vieux-Port, près de l'Îlot des Palais.

EXMURO arts publics en chiffres

  • Fondation il y a 15 ans par Vincent Roy, Isabelle Forest et Myriam Lambert (retirées du projet deux ans plus tard)
  • Plus de 40 projets inédits
  • Plus de 275 oeuvres d’art dans l’espace public
  • Près de 50 oeuvres en circulation à l’extérieur de Québec
  • 225 artistes, dont la majorité sont québécois

(Source : EXMURO arts publics)

Lire aussi :

EXMURO MINI explore la ville avec les jeunes de Saint-Malo