<em>Scénarios pour sortie de crise</em> : S’en sortir? | 28 octobre 2021 | Article par Marrie E. Bathory

Scénarios pour sortie de crise, à La Bordée

Crédit photo: Vincent Champoux

Scénarios pour sortie de crise : S’en sortir?

Après quelques années d’errance dans l’Ouest canadien, K. se présente chez sa sœur, E. Elle l’héberge dans son sous-sol, le temps qu’il se trouve un emploi, un endroit où vivre. Sauf qu’il y a toujours un obstacle ou une contrainte de trop, et chaque fois il déchante.

Publicité

De son côté, E. redoute d’être devenue une parvenue. Si elle est arrivée à une certaine aisance financière – qu’elle se démène pour conserver –, son propre sentiment de culpabilité, de même que les reproches de la mère et du frère, l’empêchent d’en profiter.

Où il est question d’autosabotage

On trouve comme chaque fois dans l’écriture d’Erika Soucy une brûlante authenticité. Dire explicitement qu’il s’agit d’autofiction ne serait pas nécessaire, mais rappelle pourquoi l’ensemble sonne aussi vrai, aussi cru.

Les scènes de la séance de psychothérapie et de l’entrevue téléphonique passent le message en caractères gras, ce qui n’est pas forcément une fausse note.

Que le public ait ou non une expérience de vie semblable à celle des personnages, cette vérité sait trouver en lui un écho. Tout le monde n’est pas autrice, poète et scénariste, mais tout le monde connaît le stress et l’impression d’être constamment en échec quelque part – c’est soit la carrière, soit la famille, soit la santé mentale qui écope, et on ne parle même pas du ménage.

La démarche d’autofiction du personnage de E. prend ainsi le public par la main – et par moments lui tire le bras –, et l’amène à développer sa pensée, lui aussi.

Se reconstruire à partir de ruines

La musique et le décor l’évoquent : E. s’est construit une belle vie sur des fondations plus ou moins solides, et par moments, on entend la maison qui grince.

La prison, comme dit E. à son frère, c’est dans la tête. Elle, elle a travaillé et travaille encore à s’en sortir. Après avoir montré comment les personnages continuent de patauger dans les difficultés, la pièce semble se conclure plutôt simplement… Le happy end n’est-il pas un dispositif de la fiction pour éviter au public de trop s’en faire une fois le rideau tombé?

Scénarios pour sortie de crise est présentée à La Bordée jusqu’au 20 novembre 2021.

En savoir plus sur...