Saint-Roch dans les années 1940 (20) : la Savonnerie Jules Bourbeau | 21 février 2021 | Article par Jean Cazes

L’ancienne usine sise à l’intersection des rues Lee et Dorchester en 1946.

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Saint-Roch dans les années 1940 (20) : la Savonnerie Jules Bourbeau

La série « Saint-Roch dans les années 1940 » propose une incursion dans les souvenirs du quartier Saint-Roch à travers des archives photographiques et mémoires de sources précieuses. Nous vous transportons en 1946, à la Savonnerie Jules Bourbeau.

Publicité

En date d’avril 1946, la photo en vedette est tirée d’un négatif représentant la Savonnerie Jules Bourbeau sur la rue Dorchester (description des Archives de la Ville de Québec).

La scène comparative dans la galerie en fin d’article, en direction ouest, a été prise le 18 novembre 2020 sur l’ancien prolongement de la rue Dorchester, qui sera rebaptisé rue de la Pointe-aux-Lièvres, en 1983.

Comme nous l’avons souligné dans notre Rétrospective 2020 des grands chantiers et projets immobiliers de Saint-Roch, le site de l’ancienne usine de savon à l’intersection de la rue Lee accueillera bientôt l’immeuble Le Viridi, un ensemble résidentiel de 82 unités locatives sur six étages, dont sept maisons en rangée.

Un savon à vaisselle très populaire

Pour en savoir plus sur l’usine de savon érigée en 1943, nous avons lancé un autre appel à tous dans le groupe Facebook Retour vers le Passé (ville de Quebec).

René Labbé nous a ainsi fourni de précieuses informations au sujet de cette entreprise en nous référant, par exemple, au document Levers Brothers Limited – Rapport annuel 1978 d’où sont extraits les photos et le descriptif ci-haut. On y lit entre autres que le vrai nom de la compagnie était Myriad Detergents Inc., aussi appelée Mir vaisselle, ou tout simplement, Mir.

Sur l’histoire de l’usine, René Labbé ajoute qu’avant de la faire construire, Jules Bourbeau, le premier propriétaire, aurait enregistré son entreprise à partir du 675, chemin Sainte-Foy. Il suppose que c’était la maison familiale où résidaient trois employés : Charles, Henri et Eudore Bourbeau.

L’Épicier, Montréal, mars 1965.
Crédit photo: Studio Pruche

Bernard Lapointe fait pour sa part remarquer :

« Pendant plusieurs années, la fabrique de savon à vaisselle Mir est très populaire pour son slogan « 2 pour le prix de 1 » dans la région de Québec. Elle sera achetée par une multinationale pour faire disparaître la marque Mir. »

La fameuse bouteille de savon Mir fait également l’objet de souvenirs de jeunesse de l’auteur de Studio Pluche.

Enfin, peu après la fin de ses opérations, c’est en 2014 que la Ville de Québec a acquis l’usine de son dernier propriétaire, Jean-Claude Veilleux, pour la faire démolir dans le cadre du développement de l’écoquartier Pointe-aux-Lièvres.

Démolition de l’ex-usine. 4 juillet 2015.
Crédit photo: Jean Cazes

Archives de la Ville de Québec

Comme la photo en vedette, les images archivées de la Ville de Québec sont en partie disponibles en ligne. On peut en faire la diffusion sans licence et sans frais en utilisant les vignettes estampées au logo de la Ville et en citant correctement les sources.

Monlimoilou remercie en particulier René Labbé pour sa collaboration. Il lui revient en grande partie le crédit de cette capsule historique. Vous avez aussi des informations ou des anecdotes à rajouter concernant l’ex-usine de savon? N’hésitez pas à nous les partager sur notre page Facebook

Voir la capsule précédente de la série : Saint-Roch dans les années 1940 (19) : le Café Dorchester et la Taverne Royale.