Un grand pas pour Objectif résilience au Centre Jacques-Cartier | 12 mai 2021 | Article par Suzie Genest

Une vue de L'Oasis derrière le Centre résidentiel et communautaire Jacques-Cartier.

Crédit photo: Suzie Genest

Un grand pas pour Objectif résilience au Centre Jacques-Cartier

Grâce à une subvention du programme Action-Climat du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, le Centre résidentiel et communautaire Jacques-Cartier (CJC) mettra en place de nouvelles formations et activités sous le thème « Objectif résilience : pour une transition sociale et écologique un pas à la fois! ». Au programme : introduction aux initiatives citoyennes, fabrication low-tech, réparation d’objets, jardinage collectif, développement et partage de savoirs.

Publicité

Le projet soutenu à la hauteur de 199 999 $ par le programme Action-Climat se décline en deux volets, explique Laurent Metais, responsable Objectif Résilience au CJC, un organisme qui se définit milieu de vie « par et pour les jeunes ». Monsaintroch l'a rencontré le 8 avril dernier, à l'Oasis aménagée à l'extérieur derrière l'organisme l'été dernier.

Des formations citoyennes et low-tech

Le projet comporte un volet de formation. À raison d’une dizaine d’heures par semaine pendant 15 semaines, un groupe d’une quinzaine de personnes pourra s’initier à l’ABC des initiatives citoyennes. Ce sera l’occasion de se familiariser avec la gouvernance partagée, la sociocratie, les principes de base de la permaculture, par exemple. On explorera le réchauffement climatique, les rapports entre la production d’énergie et la croissance économique, etc. On ira aussi à la rencontre d’organismes environnementaux.

Ceux qui auront une idée, un projet mais besoin de soutien pour avancer, pourront s’inscrire à une seconde série d’ateliers. Visant à accompagner le démarrage d’initiatives citoyennes, celle-ci sera un peu le pendant des aides qui existent pour les projets commerciaux ou d’économie sociale.

À l’automne et à l’hiver, une autre formation sera axée sur la fabrication d’objets low-tech. On parle ici d'objets comme « un déshydrateur solaire, un four solaire, un rocket stove », illustre Laurent Metais. Les objets fabriqués durant la formation seront ensuite mis à la disposition de la communauté. Ils pourraient par exemple s’intégrer à l’Outilthèque de La Patente, coopérative avec laquelle le CJC a développé un partenariat. Incidemment, c’est désormais dans les espaces de La Patente que l’Atelier La Fibre du Bois du CJC est installé, puisqu’il fallait le relocaliser.

À travers un blogue et des capsules disponibles en ligne en baladiffusion, les participant.e.s aux formations du CJC partageront les connaissances et l’expérience acquises, histoire de contribuer à leur tour à la transmission des savoirs.

« On embauche une personne pour donner les formations, ces formations seront offertes à assez long terme », précise M. Métais.

Retour des Cafés Réparation à Québec

Le second volet du projet soutenu par le programme Action-Climat vise à développer et bonifier des activités qui avaient germé avant la pandémie.

Les Cafés Réparation, démarrés en 2019 pour rassembler des personnes ayant des objets à réparer et des personnes aptes à les réparer, ont dû s’interrompre en 2020. La Patente, partenaire de l'initiative, a profité de l'arrêt forcé pour réorganiser une partie de ses espaces. Un nouveau comptoir aménagé devant l'Outilthèque revampée, assorti d'un espace d'entreposage, permettra d'organiser des Cafés Réparation en jauge réduite. Deux bénévoles pourront y accueillir deux personnes et leurs appareils à réparer.

Un nouveau comptoir aménagé devant l'Outilthèque revampée, assorti d'un espace d'entreposage, permettra d'organiser à La Patente, partenaire du CJC, des Cafés Réparation en jauge réduite.
Crédit photo: Laurent Métais

Un montant obtenu du conseil de quartier de Saint-Roch a servi, pendant la pause forcée, à acquérir des équipements spécialisés. Avec l’évolution de la situation sanitaire, il est prévu de reprendre la tenue des Cafés Réparation le lundi soir, dit Laurent Metais. On souhaite aussi les amener dans d’autres arrondissements, pour rejoindre davantage de citoyen.ne.s. On remettra en place le système d’apprentis, pour permettre à celles et ceux qui le souhaitent de développer des compétences en réparation au contact de pairs expérimenté.e.s. La production d’un « guide du réparateur 101 », qui sera disponible sur le web, est aussi au menu.

Décroissance, jardinage et sécurité alimentaire

À la suite d’une première série de Soirées sur la décroissance interrompue en 2020, un groupe en organisera une nouvelle série. Un Festival de la décroissance devait même voir le jour, n’eut été de la pandémie. Faute de le concrétiser cette saison, le CJC prévoit lancer le jardin de son Oasis dans une formule qui en donnera un petit avant-goût, mentionne M. Metais.

Le jardin collectif intègre une serre. Ensemble, les jeunes participant.e.s en assureront l’entretien et feront les récoltes puis la transformation des produits maraîchers dans les cuisines de l’organisme.

Les formations et activités sous le thème « Objectif résilience : pour une transition sociale et écologique un pas à la fois! » poursuivent des objectifs de réduction et d'adaptation aux changements climatiques.

« C’est cool de dire que le ministère a donné de l’argent pour faire de la décroissance! », conclut un Laurent Metais tout sourire.

À lire aussi : La Recyclerie, revaloriser les matériaux de construction et outils.

En savoir plus sur...