Centre Jacques-Cartier : le projet de four à pain communautaire au cœur d'une formation | 21 décembre 2021 | Article par Julie Rheaume

Le Centre Jacques-Cartier, dans le quartier Saint-Roch.

Crédit photo: Gracieuseté

Centre Jacques-Cartier : le projet de four à pain communautaire au cœur d'une formation

Alors que l'idée de l'éventuelle mise en place d'un four à pain extérieur communautaire circule dans Saint-Roch depuis quelques temps, le Centre Jacques-Cartier (CJC) mettra celle-ci de l'avant dans sa formation Création d'initiative citoyenne, du plateau Objectif résilience, cet hiver. On pourra y apprendre comment réaliser un projet citoyen ou communautaire.

Plusieurs facettes seront abordées dans le cadre de cette formation: la découverte de partenaires, l'approfondissement du projet, l'adhésion de la population, la recherche de financement et le montage d'un plan de projet écologique et social. Le plan de projet est l'équivalent communautaire du « plan d'affaires » propre à la création d'entreprises, précise Marc Hébert, formateur au CJC.

Publicité

En mai dernier, nous faisions état de la mise sur pied d'Objectif résilience : pour une transition sociale et écologique un pas à la fois au CJC. Une subvention du programme Action-Climat du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a rendu le tout possible. Cet automne, deux formations ont eu lieu au CJC : Exploration et Éco-fabrication Low-Tech.

Le nouveau plateau Objectif résilience consacré au projet de four à pain est à prime abord destiné aux personnes de citoyenneté canadienne âgées entre 16 à 35 ans. Dix places sont disponibles. Le programme (gratuit) est d'une durée de 15 semaines, du 1er février au 3 mai 2022, à raison de 10 heures/semaines, soit 6 heures en atelier et 4 heures de démarches personnelles.

C'est un projet qui « demande un investissement », de dire M. Hébert en entrevue téléphonique. La formation est accessible à tous les jeunes adultes et non pas exclusivement à des catégories ciblées de participants, comme les décrocheurs, par exemple. S'il reste de la place, les personnes  qui ne remplissent pas les critères d'admissibilité peuvent tenter leur chance auprès du CJC pour y participer. « Le but premier, c'est d'être intéressé », ajoute-t-il.

La formation, fidèle à la mission du CJC, aidera les gens à trouver et à développer « leur propre pouvoir d'agir », selon Marc Hébert.

Et le but ultime?

À la suite de la formation, un four à pain communautaire sera-t-il installé au centre-ville? « Tant mieux si, à la fin, il y un four à pain », répond M. Hébert.

Ce dernier est toutefois prêt pour plusieurs éventualités. Si l'aventure n'aboutit pas, le projet pourrait ensuite se poursuivre, porté par de nouvelles instances et/ou encore, par ceux qui auront participé à la formation. L'idée pourrait également être jugée non viable en cours de programme et ne pas avoir de suite. L'important sera d'en apprendre davantage sur la mise en place d'un projet communautaire, peu importe s'il se réalise ou non.

En plus de Création d'initiative citoyenne, le CJC offre plusieurs autres formations. On peut en savoir davantage en consultant sa programmation.

En savoir plus sur...