Billie Bob est en ville | 17 août 2021 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Suzie Genest

Billie Bob est en ville

Depuis un mois, une nouvelle enseigne de vêtements et accessoires a ouvert ses portes dans Saint-Roch. C’est dans le local qu’occupait Rétro Bordello, au 185 Saint-Joseph Est, que Billie Bob, la petite soeur de Babelou attend les adeptes de vintage et de bonnes trouvailles.

Publicité

Les rondes de confinement depuis le printemps 2020 ont pesé lourd pour les petits détaillants de vêtements des centres-villes. Peut-être encore davantage pour les friperies opérant seulement en présentiel. Parmi elles, Babelou, installée au 149 Saint-Joseph Est depuis 2012, appartient à Laurence Albernhe. Plutôt que de se laisser abattre, son infatigable propriétaire a décidé de répondre par l’action. Avec un peu de renfort, elle s’est affairée à aménager un nouveau local où ouvrir sa seconde boutique, tout en maintenant la première. Elle en a ouvert officiellement les portes le 14 juillet.

Que retrouve-t-on dans l’inventaire de Billie Bob? De quoi plaire à celles et à ceux qui fréquentent déjà Babelou, mais aussi à de nouvelles clientèles. Des vêtements, bijoux, accessoires vintage en très bonne condition, voire comme neufs, choisis et triés judicieusement par la patronne.

Une collection de lunettes soleil des années 1970, neuves, fait partie des produits distinctifs de Billie Bob. Les observateurs les auront remarqués en vitrine de la nouvelle boutique avant même son ouverture. Madame Albernhe songe éventuellement à réunir dans une section des articles à prix d'aubaines. À suivre...

Chercheuse d’or, de Lobo Lavida à Billie Bob

La propriétaire de Billie Bob et de Babelou, qui vit dans Saint-Roch depuis longtemps, connaît son marché et ses sources. C'est d’abord en Haute-Ville, au 511 rue Saint-Jean, qu'elle a gagné ses épaulettes, avec Lobo Lavida. Durant pas moins de 17 années, cette caverne d’Ali Baba alliant vintage et créations québécoises – dont celles de Lune Noire, Slak... – a attiré dans Saint-Jean-Baptiste des client.e.s de toute la région. L’auteure de ces lignes y a déniché plusieurs joyaux, sur une trame musicale qui distinguait la boutique de la concurrence. Il n'était pas rare d'y croiser des touristes de passage à Québec, comme plus récemment chez Babelou.

Celle qui tient à rester dans l'ombre des appareils photo poursuit son parcours de chercheuse d’or. Elle sait trouver des pépites de différentes décennies, pour tous les styles. Parmi son inventaire, on peut toujours étoffer une garde-robe quotidienne, tomber des morceaux griffés rares (dont des neufs), choisir un tenue pour un happening inusité. On y trouve de quoi se tenir au chaud l’hiver, se présenter à une entrevue, voler la vedette à l’Halloween, défoncer l’année, habiller son band qui part en tournée, ou simplement élargir sa collection de jeans.

Si la commerçante a compté sur des amis de confiance pour l’aider à tenir boutique quelque temps, avec la seconde enseigne, il fallait recruter « une ou deux personnes ». En juillet, chez Billie Bob comme chez Babelou, les heures d'ouverture étaient de 11 h à 19 h, du lundi au dimanche. Un retour à l'ouverture jusqu’à 21 h les jeudis et vendredis faisait partie des plans à court terme, après l'embauche.

On peut suivre les nouvelles de Billie Bob sur la page Facebook de Babelou.