<em>Un nuage dans la tête</em> : premier roman illustré pour La Quête | 7 août 2020 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Kaël Mercader

Un nuage dans la tête : premier roman illustré pour La Quête

Le magazine La Quête, fondé en 1995 par l’organisme Archipel d’Entraide installé dans La Nef, propose pour la première fois en 25 ans un numéro hors-série mis en circulation lundi. Le roman Un nuage dans la tête, signé Mathieu Meunier, contient aussi les dessins de cinq illustrateurs.

Début mai, Mathieu Meunier, ancien collaborateur de La Quête, en avait soumis le texte à la rédactrice en chef Francine Châtigny, pour qu’elle en fasse ce que bon lui semblait. L’histoire de Lalancette, jeune futur bibliothérapeute parti voir du pays à vélo pour dissiper la nébulosité dans sa tête après un passage par le football étudiant, l’a conquise. Toutefois, la rédactrice en chef était embêtée par la longueur du récit. Il aurait fallu l’étaler sur près de deux années de numéros réguliers. Puis est arrivée l’annonce du déconfinement et avec elle, la perspective d’une reprise des activités, qui nécessitaient cependant des ajustements considérables.

Un cadeau pour les camelots

Le temps de trouver l’idée de doter les camelots de distributrices portatives pour la vente « sans contact », de lancer un appel pour sa conception, de se procurer les matériaux et de procéder à la fabrication… Il faudrait attendre juillet pour avoir de nouveau un numéro en circulation. En cadeau aux camelots, privés de revenus depuis mars et impatients de reprendre les colliers, il a été décidé qu’Un nuage dans la tête deviendrait un numéro spécial hors-série distribué en août.

Afin de mettre des images sur l’histoire de Lalancette, des illustrateurs parmi les collaborateurs de La Quête ont été sollicité. Mais les délais avant la tombée étaient particulièrement courts… Madeleine Aubin, qui avait auparavant eu une série BD dans La Quête, a été la seule à répondre « présente ». « Il n’était pas question que je sois la seule illustratrice », me dit celle qui préférait aussi « qu’on se passe de stock photos ». Elle a donc proposé de faire un appel dans son réseau, sur Facebook.

C’est ainsi qu’au fil du récit d’Un nuage dans la tête, on trouve finalement les images de Kael Mercader, Émilie Bergeron, Claudia Beaulieu et Ode Morin – ces deux dernières vivant dans la région du Bas Saint-Laurent – en plus de celles de Madeleine Aubin, du quartier Saint-Sauveur. Claudia Hasburg en signe la couverture.

Il reste encore des exemplaires de ce tirage rare, fruit de l’effort collectif, dans la distributrice mobile d’un.e camelot près de chez vous.

En savoir plus sur...