Sortir de sa tête ou y danser : quelques idées pour… se les changer | 8 octobre 2020 | Article par Suzie Genest

Dany Placard, dans le clip « Tu me manques »

Crédit photo: Image extraite du clip Tu me manques

Sortir de sa tête ou y danser : quelques idées pour… se les changer

Pendant que nous barrons d’un trait oblique chaque jour menant à la reprise des activités interrompues par les mesures sanitaires dans les zones rouges, les diffuseurs culturels adoptent des formules alternatives pour nous inciter à sortir de nos têtes… ou y danser.

Publicité

Dans Saint-Roch, entre autres, L’Anti, District 7 et Karl Emmanuel Picard poursuivent dans la voie tracée au printemps en présentant des concerts en ligne. On pourra ainsi voir celui de Dany Placard demain vendredi 9 octobre, puis le lendemain, samedi 10 octobre, le lancement du EP Les grands vents. On retrouve les billets sur lepointdevente.com, dont la plateforme dévoilée en avril est devenue une planche de salut pour beaucoup de spectacles.

Cette plateforme accueille trois soirées de musique électronique présentées ces vendredi 9, samedi 10 et dimanche 11 octobre par le festival Avant Garde. L’événement, qui avait vu le jour en 2019, se promettait une deuxième édition plus ambitieuse… qui a évolué de mois en mois depuis juillet pour s’adapter aux circonstances. Chaque soirée, de 21 h jusqu’à 3 h au D’Auteuil, une équipe réduite filmera les différents DJ et autres prestations – peinture en direct, performances cyberpunk, burlesques et de suspension… – pour une diffusion en direct. On retrouve les détails de la programmation sur le site avantgardequebec.com ainsi que sur Facebook et les billets (16 $) sur le lepointdevente.com

Adaptations théâtrales

À frontière de Saint-Jean-Baptiste et Montcalm, le Théâtre Périscope vient de dévoiler ce midi trois offres. Du Pommetier, dont on avait pu voir la première, est né Le murmure du Pommetier – une œuvre sonore singulière, lumineuse et bienveillante. Celle-ci met en vedette musique, paroles et réflexions du public, des créatrices et créateurs et des travailleuses et travailleurs de l’ombre. On pourra y assister gratuitement sur les réseaux sociaux à compter du 13 octobre.

Au printemps, le projet Au creux de l’oreille, soutenu par le Conseil des arts et des lettres, avait ravi les publics en offrant des extraits de textes lus par téléphone. Pas moins de 2400 personnes à l’échelle de la province avaient profité de cette prestation théâtre des plus intimistes. Du 14 octobre au 14 novembre, les mercredis, jeudis, vendredis et samedis, les artistes reprennent du service. Cette fois, on peut se procurer des billets pour ces lectures au creux de l’oreille au coût de 15 $. On retrouve l’horaire et les détails sur le site theatreperiscope.qc.ca

Depuis le 6 octobre et jusqu’au 15 mai, celles et ceux qui marcheront dans les environs du Théâtre de La Bordée y verront, à l’arrière de l’édifice, le fruit de la résidence des photographes de Atwood pour le projet Foule. La monumentale murale, produite avec Mono-Lino, met en lumière des visages citoyens. Intégrant une projection après la tombée du jour, l’oeuvre se révèle aussi en détails en ligne au foule.labordee.ca, où textes et photos supplémentaires permettent de mieux faire connaissance avec ces visages et l’ensemble du projet.

À lire pour d’autres idées : Les Journées de la culture prennent une nouvelle tournure