Le premier Prix François Saillant atterrit dans Saint-Roch | 5 novembre 2019 | Article par Suzie Genest

À l’avant : Véronique Laflamme, porte-parole FRAPRU; François Saillant; Isabelle Descôteaux, coord. CMCQ; Carl Morneau, membre CMCQ; Marie-Hélène Vallée, formatrice CMCQ; Noël Grenier, membre CMCQ. À l’arrière : André Fortin, dir. de comptes et conseiller stratégique en habitation, Caisse d’économie solidaire Desjardins.

Crédit photo: Caisse d'économie solidaire

Le premier Prix François Saillant atterrit dans Saint-Roch

Lors du 13e Rendez-vous de l’habitation de la Société d’Habitation du Québec aujourd’hui, le Comité Maison de chambres de Québec (CMCQ), installé dans les locaux de La Nef, a reçu le premier Prix François Saillant pour son projet « Ma chambre, mes droits ».

« Ma chambre, mes droits » consiste en une série de fiches informatives sur les droits, recours et responsabilités des occupants des maisons de chambres. Elles résultent de trois années de travail du CMCQ, en concertation avec des personnes vivant ou ayant vécu en maison de chambres. En janvier dernier, lors du lancement de « Ma chambre, mes droits », notre collègue Baptiste Piguet en avait rencontré quelques-uns :

« Connaître mes droits m’a permis d’améliorer ma qualité de vie et celle des résidents, mais aussi d’améliorer l’établissement », avait dit Carl Morneau de Mouvement personne d’abord du Québec Métropolitain.

« Les personnes qui habitent en chambre ont le droit à un certain bonheur et de ne pas être abusées », avait souligné Noël Grenier d’Avenue des chambreurs.

L’outil d’information du Comité Maison de chambres de Québec « Ma chambre, mes droits »
Crédit photo: Baptiste Piguet

Assorti d’une bourse de 5000 $, le Prix François Saillant lancé en avril par la Caisse d’économie solidaire Desjardins, avec le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), soutient l’action collective pour la défense du droit au logement. Chaque année, il récompensera l’initiative ou le projet d’un groupe communautaire, d’une organisation, d’un collectif citoyen.

Le prix rend aussi hommage au travailleur communautaire retraité François Saillant, coordonnateur et porte-parole du FRAPRU de 1979 à 2016. « Comme j’ai pu le vivre depuis plus de 40 ans, la force du collectif est importante et le droit à un toit pour tout le monde gagnerait à être porté par l’ensemble de la société québécoise et pas seulement par les personnes mal logées », avait-il dit lors du lancement du prix.

Un pionnier du droit au logement

Originaire de Québec, François Saillant y a débuté son parcours en production et diffusion de vidéos engagées, au sein de Ciné-Vidéobec, avant de joindre le FRAPRU. Actif entre autres dans la création du programme AccèsLogis et pour le maintien du financement aux logements sociaux, il s’est par ailleurs impliqué personnellement auprès des peuples autochtones suivant la Crise d’Oka.

Il a reçu au fil des ans les prix Droits et libertés de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec (2002), Leadership de l’ACHRU (2016) et Hommage de l’Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGRTQ), ex aequo avec l’architecte Phyllis Lambert (2017). À trois reprises, il s’est rendu à Genève représenter les groupes sociaux québécois actifs devant le Comité sur les droits économiques, sociaux et culturels de l’ONU.

Journaliste de formation, François Saillant a signé La Régie du logement après 25 ans : un chien de garde efficace?Le Radical de Velours et Lutter pour un toit. On l’a lu aussi dans le Huffington Post et sur le blogue électoral du site Les Affaires en 2012, alors qu’il était candidat dans Rosemont pour Québec solidaire. Il avait contribué à jeter les bases du parti en fondant avec Françoise David le mouvement précurseur Option citoyenne.

À lire aussi : Ma chambre, mes droits : un outil pour améliorer les conditions de vie