Dans le cocon de Kim Auclair | 8 août 2019 | Article par Catherine Breton

Kim Auclair

Crédit photo: Catherine Breton

Dans le cocon de Kim Auclair

Kim Auclair, atteinte de surdité sévère à profonde depuis sa naissance, prend le micro de CKRL 89,1 une fois par semaine. D’un naturel sociable et fonceur, sa réalité de malentendante ne l’a jamais dissuadée de réaliser ses rêves.

Il faut dire qu’elle camoufle très bien sa condition de malentendante. Peut-être parce que son désir de communiquer est si fort qu’il lui permet de dépasser les embuches qui se présentent. Par la force des choses, elle lit sur les lèvres remarquablement et a une diction impeccable, ce qui est un exploit en soi.

Outre son rôle d’animatrice radio, Kim est entrepreneure, blogueuse et conférencière. Très active dans le milieu entrepreneurial, les 15 dernières années de la vie de Kim ont été chargées de projets. Elle a même publié un livre qui parle de son parcours, Dans la tête d’une entrepreneure – mes débuts en affaires.

Son cheminement est à l’image de son énergie débordante, et même si elle vit présentement une période de sa vie plus délicate, Kim irradie et me serre la main avec un sourire contagieux.

Une métamorphose en cours

Depuis quelques mois, Kim a adopté un rythme de vie plus lent, plus introspectif, qui lui a permis de prendre conscience qu’à 35 ans, il était temps de sortir de son cocon et de s’accepter entièrement.

« J’ai décidé de ralentir pour m’occuper de ma surdité que j’avais jamais acceptée. Il y a un an et demi, j’en parlais juste pas. »

Il y a environ un an, Kim a entamé le processus en vue de se faire poser un implant cochléaire. La démarche n’est pas anodine puisque pour le moment, ce qui lui permet d’entendre, c’est un appareil qui amplifie le son.

L’implant qu’on lui installera bientôt communiquera directement avec son cerveau. Pour ce faire, les médecins devront donc priver Kim de son canal auditif naturel pour pouvoir mettre en place l’implant, qui sera branché directement sur le nerf auditif. Et l’opération est irréversible. Kim sait qu’une période d’adaptation sera nécessaire et qu’elle devra apprivoiser une nouvelle réalité sonore.

« Je vais avoir un implant et ça demande d’accepter la surdité, mais après l’implant, tu fais le deuil d’être malentendante, tu deviens sourde implantée. Puis là, c’est une gugusse à laquelle il faut que tu fasses attention… aux chocs, etc. En plus, les résultats sont propres à chacun. Tous les sons que j’entends présentement ne seront plus les mêmes. Je vais entendre la musique d’une autre façon.

Avancer, malgré les obstacles

Depuis son entrée à l’école primaire, Kim Auclair a toujours fréquenté les classes normales. Elle a travaillé en double, assurément, pour arriver au même résultat que ses camarades de classe. Cet esprit combatif et cette détermination se sont visiblement bien ancrés en elle, sinon comment aurait-elle pu devenir l’entrepreneure qu’elle est aujourd’hui?

En 2005, Kim a fondé MacQuébec, une entreprise individuelle devenue une coopérative de solidarité. Elle a pour mission de favoriser le développement de compétences chez les individus tout en rassemblant une communauté qui utilise les produits Apple. Les membres participent à différentes initiatives et échangent sur leurs expériences, trucs et conseils.

En 2011, Kim a fondé Niviti. L’entreprise offre des services de rédaction, de formation sur les médias sociaux et de consultation en entrepreneuriat. Un espace de coworking est également à la disposition des clients.

Kim se sent à l’aise sur le web. La communication écrite lui offre un terrain de jeu aux possibilités infinies, contrairement à l’oralité, qui lui demande des efforts de concentration en double. Pour vous aider à bien comprendre sa réalité, elle me partage un texte qui va comme suit :

« J’arrive à distinguer cinq consonnes sur 16 sans lecture sur les lèvres avec seulement mon oreille droite appareillée. C’est-à-dire que j’entends, mais que je ne comprends pas la base des mots. Ensuite, sur une liste de 25 mots, j’ai pu répéter un mot comme il le faut et j’ai réussi à deviner 15 mots avec des choix de réponses. J’ai absolument besoin du contexte de la phrase pour comprendre. J’ai aussi plus de facilité à saisir un mot lorsque le son est plus fort.

Finalement, comprendre une phrase sans lecture labiale dans le silence et dans des conditions idéales me demande 3/4 de mon énergie. Il me reste donc le 1/4 de mon énergie pour tout le reste : être à l’écoute, réfléchir, planifier une réponse, apprendre de nouvelles choses, etc. »

Aujourd’hui, assise devant moi, elle se dit en reconstruction. Elle fait le point. Ça prendra le temps que ça prendra. Elle revisite ses valeurs. Elle est toujours aussi férue d’entrepreneuriat, mais elle compte faire les choses un peu différemment.

Les valeurs véhiculées par nos sociétés modernes font en sorte que plusieurs personnes sentent le besoin de se définir par ce qu’ils font, leurs réussites et leur rayonnement. Être, tout simplement, n’est souvent pas suffisant.

Aussi, comme plusieurs de ses contemporains, Kim s’est laissée prendre au piège de la performance, jusqu’à l’épuisement. Ce temps de répit pour prendre soin d’elle arrive à point. Et on lui souhaite que tout se déroule pour le mieux dans ses démarches avec son implant cochléaire.

On peut suivre Kim Auclair sur les ondes de CKRL, sur Soundcloud ou encore sur sa page Facebook.