Avant Garde : un nouveau festival électro en octobre | 6 septembre 2019 | Article par Suzie Genest

EKLPX

Avant Garde : un nouveau festival électro en octobre

Les 11 et 12 octobre, le D’Auteuil « 2.0 » sera l’hôte d’Avant Garde, première édition d’un festival audiovisuel de musiques électroniques dans l’univers cyberpunk.

L’organisateur Nicolas Joltok, qui souligne que tous les artistes participants sont francophones, mise sur deux têtes d’affiches féminines. La DJ de cosplay montréalaise The Pink Popo et son japanese electro prendront la scène de 1 h 40 à 3 h le vendredi 11 octobre. Le samedi 12 octobre à minuit, on aura droit au néo-rave de la Parisienne EKLPX, du collectif La Quarantaine. Cette dernière foulera le sol de la capitale pour la première fois, après 70 dates à Paris, Bruxelles, Berlin, Londres, Genève, Bordeaux, Toulouse.

The Pink Popo
Crédit photo: Gracieuseté Pola Cormier / The Pink Popo

La soirée du vendredi rassemblera, outre sa tête d’affiche, surtout des créateurs locaux de musique live : XolloX, Wolves as Kings, FilthyBeast, MOARNial, Freaktronik, GÖR FLSH, Into the Pale Abyss. Le samedi promet une soirée d’acid techno, industriel, techno. On y verra notamment Raf Raf et Papi Gonzo, précédés de DJ Ezeckiel (qui faisait partie de Biometrik) avec un mix de dark techno.

En guise d’apéro les deux soirs, Joltok, alias DJ Biotek, mixera une rétrospective de son parcours electro-industriel. Y passeront « Nitzer Ebb, Front 242, Nine Inch Nails, jusqu’à Inhalth Der Natch, Parallx, en passant par Covenant, Manufactura, Converter! », énumère-t-il.

Trois écrans de projections et d’autres dispositifs ajouteront une dimension visuelle à l’expérience. « Je suis un peu tanné des soirées de clubs où c’est juste un gars ou une fille derrière ses tables tournantes », explique celui qui fréquente les Mutek et Elektra et s’en inspire, à la mesure des moyens à sa disposition – entièrement investis de sa poche.

1990 – 2019

Nicolas Joltok est de la génération qui, au tournant des années 1990, dansait à l’Express de minuit – le Midnight pour les habitués – au Vogue, sur les choix de Nic B. chez Platine le disquaire, puis dans les raves.

À Montréal entre 1999 et 2007, Joltok a travaillé à l’organisation d’événements, avec Kao Production et d’autres. Le Festival C.O.M.A. à la SAT, le rave The Ascension, les soirées Biometrik et Harajuku figurent sur sa feuille de route. Revenu à Québec, il est resté actif dans le domaine, entre autres avec les événements Codex au Cercle et ailleurs. Mais peu à peu, il a constaté un déclin du public de l’électro.

En vieillissant et en délaissant la vie nocturne, plusieurs adeptes avaient abandonné même l’écoute de ces musiques, dit-il. Jusqu’à ce que la mode et les sons des années 1990 reviennent chez « nos enfants, qui ont 18 – 20 ans, à qui on en a fait tellement écouter… » En mars dernier, Nicolas Joltok a vu un public nombreux au spectacle de Trisomie 21, un mardi soir. Cet engouement renouvelé l’a motivé à se lancer à nouveau. Un festival électro pourrait se développer à Québec, estime-t-il, en accédant à de meilleurs moyens grâce à la collaboration. D’autant plus que les organisateurs du milieu ne sont pas en concurrence pour leur gagne-pain :

« On a tous des jobs de 9 à 5 en parallèle. Si on pouvait collaborer, on ferait des affaires énormes! »

Les billets pour Avant Garde, déjà en vente en ligne au coût de 15 $ par soirée, avant taxes et frais de billetterie, au https://urlzs.com/iEPSo, seront aussi disponibles à la porte.