Des usagers d’organismes participent à la 2e édition de Courir aux abris | 19 septembre 2018 | Article par Véronique Demers

Jocelyn Niquette, Nelson Gaudreault et Sébastien Lovasz, usagers de ressources dédiées aux personnes marginalisées, participeront au défi Courir aux abris, le 7 octobre prochain.

Crédit photo: Véronique Demers

Des usagers d’organismes participent à la 2e édition de Courir aux abris

La 2e édition de Courir aux abris vient de prendre tout son sens. L’événement accueille un groupe d’usagers fréquentant les ressources dédiées aux sans-abri. Ainsi, Sébastien, Nelson et Jocelyn prévoient courir 5 km lors de l’événement, qui se déroule le dimanche 7 octobre.

« Courir avec des gens, je trouve ça trippant. C’est comme un club social. Avant, je courais sur un tapis roulant. Je vais sûrement continuer d’aller au gym, mais le paysage est beau quand on court à l’extérieur », exprime Sébastien Lovasz, résident à la Maison Revivre et étudiant.

« Ça devait faire 8 ans que je n’avais pas couru; ça me manquait. Pour moi, c’était une invitation à me faire du fun. Je me suis inscrit en sachant qu’ils fourniraient les runnings », exprime Nelson Gaudreault, qui a été responsable de l’entretien à La Nef avant d’étudier pour devenir travailleur de rue. « Je suis en arrêt de travail en ce moment », ajoute-t-il.

De son côté, Jocelyn Niquette a aussi été motivé à courir grâce au don des chaussures de course. « C’est une commandite du Coureur nordique en Haute-Ville. (Une paire de chaussures de course peut coûter environ 150 $.) Mes jambes ont dû s’adapter au début; puis après, on y prend goût », témoigne celui qui bénéficie des services de la Clinique SPOT. Cette clinique offre des soins de santé aux personnes marginalisées qui ne fréquentent pas, pour diverses raisons, le réseau de santé traditionnel.

Les parcours de 1 km, 5 km, 10 km et 15 km proposés à la 2e édition de Courir aux abris restent les mêmes qu’en 2017. Le 1 km se fera en boucle.
Crédit photo: Courtoisie Pixabay

Le défi sportif, organisé par l’Archipel d’Entraide, propose les mêmes parcours que l’an dernier pour les 5, 10 et 15 km. Seul le 1 km sera effectué en boucle, au lieu d’un aller-retour comme en 2017.

Encourager l’activité physique

« Même si le groupe n’est pas gros, on y voit l’intérêt. On vise 15 coureurs. Il reste encore de la place pour d’autres usagers. L’Archipel d’Entraide paie leur inscription, et ils reçoivent aussi des runnings pour le défi », souligne Nathalie Rouleau, coordonnatrice de Courir aux abris et responsable des entraînements du groupe d’usagers.

Des réunions ont eu lieu en mai, suivies de premières séances de course en alternance (marche/course) depuis le mois de juillet, une à deux fois par semaine. Le troisième entraînement doit être assumé par l’usager de manière autonome. Mais tout se fait sur une base volontaire, et le plus possible dans l’enthousiasme.

Mme Rouleau est appuyée dans le projet par Annie Bérubé, infirmière au CLSC Basse-Ville et membre du CA de l’Archipel d’Entraide, et d’Émilie Raymond, professeure à l’Université Laval et résidente du quartier Saint-Roch. « J’accompagne le groupe de course qui sert deux objectifs : sensibiliser les usagers à l’activité physique et amasser des fonds pour les personnes en situation de marginalité », dit celle qui n’en est pas à sa première course.

Produits de base recherchés

Les organisateurs recueilleront, comme l’an dernier, des produits d’hygiène de base, incluant des bas chauds, à l’approche de la saison froide. « C’est surtout ce qu’il manque, en plus de serviettes et de débarbouillettes », précise Mme Rouleau.

Fondé en 1989, L’Archipel d’Entraide vise à soutenir une clientèle marginalisée à Québec souffrant de problématiques multiples (santé mentale, itinérance, toxicomanie, pauvreté, etc.). Depuis 1995, l’organisme offre aussi le service Accroche-toit (relocalisation de logement) avec d’autres intervenants du milieu, ainsi qu’un service d’hébergement de dépannage.

Il est encore temps de s’inscrire à la 2e édition de Courir aux abris.