OFF 2018 : faire les choses en grand | 6 juillet 2018 | Article par Anne-Christine Guy

Crédit photo: Marion Desjardins

OFF 2018 : faire les choses en grand

Alors que la canicule s’était emparée de Saint-Roch, la saison des festivals estivaux s’est amorcée mercredi, avec le Festival OFF de Québec. Fort de 15 ans d’existence, il renouvelle son pari d’une programmation axée sur les découvertes et les évènements uniques. Vous n’avez pas encore assisté au OFF 2018? Voici un résumé de deux soirées hautes en couleurs et un aperçu des prochaines.

Jour 1 : Mettre de l’avant la scène locale

Dès le premier soir, on présentait entre autres deux spectacles uniques pensés pour le OFF. 
Sur la scène de la salle multi de Méduse, le groupe Harfang a lancé les festivités. Il proposait ses pièces ré-arrangées par Gabriel Desjardins, accompagnées d’un quatuor à cordes. Belle était la rencontre! Les cordes qui se mariaient aux envolées planantes de Harfang et à la voix agile du chanteur ont rendu le tout grandiose.

Autre première : Joe’s Garage. Pour l’occasion, une pléthore (une douzaine!!) de musicien.ne.s de la scène locale se sont réuni.e.s, à l’initiative et sous la direction d’Isabelle Cormier, pour une adaptation de l’oeuvre de Zappa. Leur pari de monter un opéra rock totalement déjanté a été relevé haut la main! La mise en scène signée Alexandre Martel, bien dosée, laissait la place à la musique et aux musicien.n.es. Le spectacle était drôle; l’orchestre, talentueux; il y avait quelques invités surprise. Tout y était pour que les choses se passent! Aurons-nous la chance de revoir ce spectacle à Québec? Espérons-le.

Jour 2 : Courir les spectacles

Dès la deuxième soirée, le OFF proposait au public un véritable marathon de spectacles se chevauchant dans trois salles différentes.

Au parvis de l’église Saint-Jean-Baptiste, les membres féminines du groupe Chasse Pareille, accompagnées de deux invitées, présentaient un hommage à Vashti Bunyan, musicienne folk méconnue. La revisite était heureuse, pour un public nombreux et réceptif à cette musique joliment jouée. Par moments, la voix cristalline de la chanteuse Véronique Tremblay, les instruments légers de Johannie Tremblay et Mélanie Venditti, la guitare d’Alexandrine Rodrigue semblaient s’accorder pour faire gentiment danser le vent, soulager nos corps brûlés par le soleil et bercer nos oreilles. Oui, nous avons vécu un beau moment.

Ensuite, Éli Doyon et la Tempête sont arrivés, avec banjo, section de cuivres, contrebasse et percussions, devant un public en grande partie déjà conquis. Le mélange du son des cuivres s’envolant loin dans les airs et du mordant du banjo a bien fonctionné. Charismatique, Éli Doyon a rapidement charmé la foule.

Avec l’arrivée de la nuit, Zouz a pris la scène. Entre douceur et grand cri du coeur, Zouz déménage et propose un son de guitare qui déchire, une batterie percutante, une basse qui vient appuyer le tout avec puissance. C’est un peu la métaphore musicale de l’émotion brute, et ça fait du bien à entendre.

À Méduse se poursuivaient les spectacles, alternant entre le Studio d’essai et la salle Multi. On a commencé en force avec Alexandra Lost, puis se sont succédé Palissade, VINCENT et le clou de la soirée, Anatole, une carte blanche du OFF. Fort attendu, c’est avec aplomb qu’il a livré la marchandise. Pour une première fois, lui et ses acolytes présentaient des pièces à paraître sur un nouvel album cet automne, mais aussi une mise en scène créée pour le OFF. Au-delà de la bonne musique livrée avec brio, il y avait tout l’enrobage, des costumes totalement loufoques à la présence hypnotisante d’Anatole. Le spectacle se situait quelque part entre le glam et la décadence. Une apparition de Martyr de marde a surpris le public en milieu de course. Vraiment, on nous a offert un spectacle qui n’était pas de tout repos, mais qui en valait la peine.

Il reste trois jours au Festival OFF et encore de nombreuses découvertes à faire. À notre radar, pour n’en nommer que quelques-uns : Perdrix, Pure Carrière et Anémone vendredi;  Laura Babin, Dans Brume, Choses Sauvages samedi; un brunch musical à la Barberie dimanche.

La programmation complète est accessible sur le site web du OFF.