La LIMQ lance l’année 2018 en grand | 10 janvier 2018 | Article par Anne-Christine Guy

Crédit photo: Emmanuel Burriel

La LIMQ lance l’année 2018 en grand

La Ligue d’improvisation musicale de Québec (LIMQ) lançait lundi la deuxième partie de sa saison 2017-2018, sur un nouveau terrain de jeu : l’Impérial Bell. Ce sont les joueurs des Bleus et des Jaunes qui ont foulé pour la première fois la scène de cette salle de spectacles.

Une ligue en expansion

La LIMQ, présente à Québec depuis 1999, est aussi la plus ancienne ligue d’improvisation musicale au monde. Après avoir joué au Fou-Bar, à Méduse et au Cercle, la ligue a décidé de s’associer à l’Impérial Bell, non pas à cause de la fermeture du Cercle, mais parce que sa salle n’arrivait plus à contenir le public grandissant.

Ce changement permet d’ouvrir l’expérience de l’improvisation musicale à un public plus nombreux, et aussi de tous âges. Le premier match de l’année 2018 confirmait en lui-même le besoin d’une salle plus grande. À la surprise même des animateurs de la soirée, Marc Bélanger et Michel Marcoux, il y avait des gens jusqu’aux balcons de l’Impérial!

Trois manches, trois ambiances

Une fois par mois, la LIMQ présente une soirée d’improvisation musicale inspirée de la formule théâtrale. On retrouve donc les animateurs/commentateurs, un arbitre (Jean Bélanger) et quatre équipes de musiciens. Ce mois-ci, c’était à l’équipe des Jaunes et à celle des Bleus de s’affronter. On retrouvait sur scène le capitaine Éric Savard (guitare, voix), Frédérick Desroches (claviers), Frédéric Lebrasseur (batterie, voix), Marie-Christine Roy (violon, ehru) pour les Bleus. Les Jaunes réunissaient le capitaine Martien Bélanger (guitare), Pierre-Emmanuel Beaudoin (batterie), Vincent Gagnon (piano), Lyne Goulet (saxophone, voix).

Les musiciens, des artistes de talents actifs dans de nombreux projets à Québec, nous ont offert en ce lundi de janvier une soirée de haute voltige tout en évolution. La première manche était une parfaite mise en bouche. Entre improvisations comparées et mixtes, les joueurs ont fait résonner des airs aux ambiances familières mettant bien en lumière leur talent et leur capacité d’aborder différents répertoires musicaux.

La deuxième partie nous a lentement menés vers des moments plus authentiques de petites créations spontanées et touchantes. Nous avons vécu un beau moment lorsque Vincent Gagnon a offert au piano une improvisation solo entre classique dissonant et jazz. Il a gagné le point pour les Jaunes, non sans une forte opposition de la part des Bleus, avec une improvisation chantée par Éric Savard. Cette manche s’est terminée avec une improvisation enflammée des percussionnistes des deux équipes : Pierre-Emmanuel Beaudoin et Frédéric Lebrasseur.

La troisième manche était plus détendue, les musiciens semblaient avoir un malin plaisir à jouer ensemble. Bien qu’elle ait valu une pénalité au joueur Frédéric Lebrasseur, l’impro  savamment inspirée de Bartok, avec une légère touche d’humour, par tous les musiciens réunis, demeure un moment fort de cette manche. Ce sont les Jaunes qui, malgré un départ plus lent, ont finalement gagné le match.

La LIMQ reviendra à l’Impérial Bell le 5 février et tous les premiers lundis du mois par la suite, jusqu’à la grande finale en mai. Ces soirées d’improvisation sont une bonne façon d’entamer la semaine avec une proposition intéressante et abordable pour les érudits comme les néophytes.

Impérial Bell
252, rue Saint-Joseph Est
418 523-3131