Des emplois à la pelle chez Ubisoft | 11 avril 2018 | Article par Céline Fabriès

Crédit photo: Nabiha El Hafi

Des emplois à la pelle chez Ubisoft

Dans un secteur ultra compétitif, Ubisoft Québec n’échappe pas à la pénurie de main-d’oeuvre et doit sans cesse être créatif pour engager et garder les meilleurs éléments. Le studio en plein essor devra trouver une cinquantaine de personnes au cours de la prochaine année.

De l’avis du directeur général d’Ubisoft Québec, Patrick Klaus, rencontré en marge d’un 5 à 7 organisé par le Consulat de France à Québec dans les locaux d’Ubisoft dans le cadre de la Semaine numérique, cette difficulté à recruter est due à l’explosion de l’industrie du numérique.

« C’est une industrie ultra compétitive, nos meilleurs talents pourraient aller travailler à San Francisco, New York, Londres, explique-t-il. Les jeux développés par Ubisoft nécessitent également des centaines de personnes. »

Le service des ressources humaines doit donc multiplier les efforts pour intéresser les diplômés à venir travailler pour Ubisoft.

« On travaille avec les écoles pour faire découvrir aux élèves l’univers du jeu vidéo. On s’occupe de nos équipes, on continue à les former et à les garder engagées avec des projets qui vont les motiver », relate Patrick Klaus. « On va aussi chercher à l’international des séniors qui vont venir équilibrer la relève, qui est un peu plus junior », poursuit-il.

L’équipe avant tout

Si Ubisoft cherche à recruter les meilleurs et s’attend à un niveau de productivité élevé, l’entreprise met aussi beaucoup l’accent sur le bien-être de ses employés. « On essaye de créer un lieu de travail chaleureux qui permet d’avoir une bonne communication et une bonne dynamique », souligne le directeur. L’une des salles de détente est entre autres équipée d’un baby-foot, d’une table de ping-pong, d’un billard, de consoles de jeu, d’un bar et d’une cuisine.

Mais il ne suffit pas d’être un passionné des jeux vidéo ou d’être diplômé pour travailler chez Ubisoft. L’employé doit cadrer avec la culture de l’entreprise.

« Ça prend des personnes qui ont la flamme et qui ont envie de travailler dans cette industrie. Mais on met également beaucoup l’accent sur les compétences humaines dans notre recrutement, le savoir-être est super important. Pendant l’entrevue, on va poser des questions pour savoir si la personne va s’intégrer à l’équipe et à la culture d’Ubisoft. C’est aussi important que le diplôme », insiste Patrick Klaus, qui est à la tête de 481 employés.

Ubisoft est le troisième éditeur mondial de jeux vidéo. Sur une lancée très favorable à l’emploi, les trois studios de la province, Québec, Montréal, et Saguenay, ont présenté il y a trois mois à la direction du siège social, situé à Rennes en France, un plan de croissance qui vise l’embauche de 1 000 personnes au cours des dix prochaines années.