C MONBAG : une mission vouée au nettoyage des rivages | 26 juillet 2018 | Article par Véronique Demers

Klo participant au ramassage des plastiques et mégots. Une quarantaine de personnes se sont jointes à C MONBAG le 7 janvier 2017, à Puerto Vallarta. 

Crédit photo: C MONBAG

C MONBAG : une mission vouée au nettoyage des rivages

« Une seule terre, une seule mer », c’est le slogan de C MONBAG, un organisme né en 2015. Son principal objectif est de dépolluer, ici comme ailleurs, les rivages de tous les cours d’eau — incluant les océans — des déchets de tout type venant les contaminer.

C MONBAG a été lancé par Claudette Légaré, alias Klo, appuyée par Yves Perreault, cofondateur et président de Bleuoutremer. Les bureaux de l’organisme sont d’ailleurs situés dans la boîte de design web du quartier Saint-Roch, sur la rue Saint-Joseph Est.

« À ce moment-là, ça faisait 13 ans qu’on s’était vus. Quand je l’ai rencontré, je savais exactement ce que je voulais. J’ai développé aussi mon projet avec des scientifiques (Université du Québec, Université Laval) et des ingénieurs en environnement pour développer une documentation sérieuse et pertinente », explique la designer résidentielle de métier.

Minuit moins une

Pour Klo Légaré, ce n’est pas l’horloge biologique qui a sonné – elle n’a pas d’enfant– mais l’horloge environnementale. Littéralement.

« Depuis une dizaine d’années, je cherchais quelque chose à offrir en héritage aux jeunes. Un jour, alors que j’étais sur une plage dans le Maine, je ramassais des déchets et des objets de plastique. Je prenais des photos. Je voyais aussi des jeunes avoir du plaisir à ramasser. Il était 6 h 40 du matin. Je continuais de me promener lorsque j’ai mis le pied sur quelque chose de très froid! C’était une montre que la mer venait de rejeter sur le rivage. Elle était entièrement oxydée, mais elle fonctionnait encore. Ça a été le signal pour que je passe à l’action! », raconte-t-elle.

L’action de C MONBAG se déploie justement en deux axes principaux : la prévention (sensibilisation et formation) et la restauration (le ramassage, le nettoyage et la dépollution). C MONBAG offre notamment des conférences dans les milieux scolaires, incitant chaque jeune à devenir écoresponsable.

Quant aux actions de nettoyage, Klo a été au Mexique, au Costa Rica, à Saint-Malo (France), au Chili et en Argentine. « Au Costa Rica, j’ai ramassé 6623 mégots de cigarette, ce qui a évité la pollution de 3,3 millions litres d’eau. Un mégot contient 4000 produits toxiques et peut polluer à lui seul 500 litres d’eau », souligne-t-elle en entrevue.

La guerre aux mégots

Pour son action locale dans Saint-Roch, Klo souhaite s’attaquer aux mégots de cigarette. « On ne peut pas installer des cendriers permanents. Il y a comme une guerre au centre-ville. On va remettre des cendriers de poche aux fumeurs qui en voudront. (…) Un mégot peut prendre de 4 à 12 ans à se désintégrer, mais les produits demeurent dans l’eau, s’il s’est retrouvé là, poussé par le vent », explique-t-elle.

Près de 5000 mégots, souvent dûs à la négligence des touristes, ont été ramassés en août 2016 sur la plage de Los Muertos de Puerto Vallarta.
Crédit photo: C MONBAG

Très créative et en mode solution, Klo Légaré a trouvé une entreprise de Toronto qui fabrique des meubles recyclés à partir de mégots de cigarette. « C’est un objectif que je veux réaliser. Je veux mettre en place des points de chute pour acheminer ensuite les mégots à Toronto », résume-t-elle.

Des collaborations et des événements sont à venir, notamment sur la rue Saint-Joseph Est en août. Pour tout savoir, on peut visiter le site www.cmonbag.ca ou la page Facebook de C MON BAG 

C MON BAG
228 rue Saint-Joseph Est, bur. 200
418 522-4977 ext. 227