Saint-Roch 2017 en rétrospective – La vie gastronomique, économique et ses humains | 28 décembre 2017 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Dominic Champagne

Saint-Roch 2017 en rétrospective – La vie gastronomique, économique et ses humains

Quels enjeux, nouvelles, personnalités ont le plus touché les lecteurs de Monsaintroch et marqué Saint-Roch en 2017? En voici un survol, qui débute par un sujet toujours chaud : la gastronomie, étroitement liée à la vie économique du quartier.

Ouvertures et fermetures de commerces, notamment d’établissements de restauration et d’alimentation, ponctuent chaque année le fil d’actualités de Monsaintroch et vous font réagir. En 2017, vous vous êtes emballés plusieurs fois de découvrir de nouveaux visages et vous êtes inquiétés d’en voir d’autres tirer leur révérence.

Les nouveaux venus

Notre publication la plus lue – la plus visionnée, puisqu’elle intégrait une vidéo de Philippe Asselin – annonçait l’arrivée du restaurant Nhà Tôi, piloté par Louis Bouchard Trudeau et Thania Goyette du Pied Bleu et du Renard et la chouette avec une nouvelle associée, Hoang Nguyen. Ce nouveau chez-soi vietnamien est installé dans l’ancien local de la Petite Boîte vietnamienne, que la propriétaire avait quitté pour se concentrer sur un service de traiteur mobile.

Le discret Frigo de Frima, où vous a emmenés Anne-Christine Guy, a piqué votre curiosité, comme la venue sur Saint-Joseph Est de la nouvelle buvette Le Voisin. Vous avez été nombreux, également, à vous intéresser au Haricot Magique, l’épicerie coopérative de produits en vrac qui emménage présentement sur la rue Saint-François Est, près du parvis de l’église.

Nos articles les plus lus ont aussi largement circulé et suscité les interactions sur Facebook. D’autres ont eu une portée, un nombre de « J’aime » et de partages exceptionnels sur les réseaux sociaux, sans pour autant se classer parmi les plus lus. Nos abonnés ont salivé nombreux en voyant s’établir sur la rue de La Couronne l’épicerie maghrébine Numidia. Ils se sont pourléché les babines en apprenant qu’un pub londonien avec fish & chips, le London Jack ouvrira au printemps 2018 sur Saint-Joseph Est, à l’angle du Parvis, près de l’Air du temps qui a succédé au Boudoir au printemps 2017.

Des cycles et leur fin

Des sujets de l’économie non comestible peuvent aussi susciter un vif intérêt sur Monsaintroch. En 2017, vous avez été séduits par des portraits d’entreprises et de gens d’affaires dont l’histoire et les valeurs sont ancrées dans celles du quartier. Les trois générations de femmes derrière l’Épicerie Rochon, le parcours de Keith Beaudoin et les projets de Criterium, notamment dans l’espace laissé vacant par Si les objets pouvaient parler, ont capté votre attention. Soulignons que l’année marquait aussi le 150e anniversaire de Laliberté, commémoré par une exposition et un livre de Jean-Marie Lebel.

Après huit décennies, le départ à la retraite des propriétaires du Salon Fleuri n’est pas passé inaperçu. Sur Facebook, le dernier cri du cœur pour le Marché du Vieux-Port, sorti sur Monquartier, a établi un record en termes de rayonnement. On se rappellera aussi que 2017 a amené la seconde révérence de Fredj (autrefois Pain et Passion), sonné le glas de l’Hôtel Royal William et de Artemano tel qu’on le connaissait.

Depuis le 26 décembre, Saint-Roch est l’épicentre d’une onde sismique déclenchée par la fermeture du Cercle – Lab vivant, atteignant même ceux qui en avaient vu poindre les signes avant-coureurs. Ce lieu où ont convergé pendant dix ans arts, divertissement, gastronomie, réflexions sociales, philosophiques, entrepreneuriales, technologiques laisse, au-delà de la murale dévoilée à l’automne, un legs remarquable à son quartier, à sa ville.

Notre rétrospective, basée sur la lecture et la portée de nos articles, ne prétend pas dresser un portrait exhaustif de l’actualité économique et gastronomique de Saint-Roch en 2017. Vous, quelles autres nouvelles vous ont marqués cette année?

À lire aussi : Saint-Roch 2017 en rétrospective – Urbanisme, enjeux municipaux, autres sujets locaux.