Saint-Roch 2017 en rétrospective – Urbanisme, enjeux municipaux, autres sujets locaux | 29 décembre 2017 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Jean Cazes

Saint-Roch 2017 en rétrospective – Urbanisme, enjeux municipaux, autres sujets locaux

Quels enjeux, nouvelles, personnalités ont le plus touché les lecteurs de Monsaintroch et l’actualité du quartier en 2017? Voici un survol rétrospectif des nouvelles urbanistiques, municipales et d’autres sujets locaux qui ont retenu votre attention.

Trame urbaine en mutation

Le deuxième article le plus lu sur Monsaintroch en 2017 rendait compte du dévoilement de l’Espace Marina Saint-Roch. Les aménagements éphémères et l’animation du site en mal de valorisation – une collaboration entre la Société de la rivière Saint-Charles et La Pépinière – Espaces collectifs découlant de la Vision des rivières de la Ville de Québec – invitaient à imaginer ce qui pourrait s’y développer pour de bon…

Autre phare du paysage urbain et culturel, la bibliothèque Gabrielle-Roy, appelée à retrouver sa place au coeur du réseau municipal après une rénovation majeure, a attiré votre attention. Vous avez été nombreux à consulter l’annonce du concept architectural choisi pour la transformer. Vous avez aussi cliqué en grand nombre sur l’article rapportant l’acquisition, par la Ville du Québec, du site à l’angle des rues Caron et Saint-Vallier Est pour en faire un parc, intégré au Programme particulier d’urbanisme (PPU) sud du centre-ville – Saint-Roch.

Le PPU adopté à l’été entraînera le développement des derniers grands sites disponibles dans Saint-Roch : l’actuel stationnement Dorchester, l’ancien poste d’Hydro-Québec devant l’édifice F-X Drolet, le secteur du carré Lépine… sans oublier le réaménagement de l’entrée de ville. On a assisté cette année aux premiers chantiers de démolition en prévision de ces développements.

L’intérêt de nos lecteurs pour l’urbanisme trouve écho dans leur engouement pour les édifices d’autrefois. Les séries où Jean Cazes remonte le 20e siècle par décennie, photos d’archives à l’appui, captivent un public fidèle, qui en 2017 s’est notamment attardé à l’article revisitant l’Hôtel Saint-Roch dans les années 1970.

On se rappellera aussi de 2017 comme de l’année où deux parcs ont pris les noms d’anciens maires de Québec : celui de Jean-Paul L’Allier pour l’ancien parc/ jardin Saint-Roch, celui de Gilles Lamontagne pour l’ancien parc de la Jeunesse.

Nouvelles municipales et autres préoccupations locales

L’année 2017 l’a confirmé : le site de l’ancien cinéma Charest accueillera un nouveau centre sportif et communautaire géré par le YMCA, sujet d’un article fort populaire sur notre page Facebook.

Le sujet chaud du transport a aussi retenu l’attention sur notre page Facebook, notamment lors de la publication de l’article de Monquartier sur le tramway au cœur du plan de mobilité de Démocratie Québec. Vous avez également été interpellés par la prise de position de l’ex-cheffe de ce parti pour un moratoire pour le centre de biométhanisation, durant la campagne électorale. Du reste, les élections municipales et leurs candidats ont occupé une grande place dans nos publications cette année.

Vous avez réagi nombreux sur Facebook à l’annonce du ministre de la Santé et des Services sociaux Gaétan Barrette concernant la Clinique ProActiv Santé, devenue la troisième super clinique de la région.

Entre les refuges en situation de débordement et le passage au financement triennal pour plusieurs organismes oeuvrant auprès de personnes à risque d’itinérance, c’est le sport qui a attiré votre attention sur cet enjeu social en 2017. Partenaire de diffusion de la première course Courir aux abris, Monsaintroch a vu sa première publication sur le sujet se classer dans le palmarès des 10 articles les plus lus.

Notre rétrospective, basée sur la lecture et la portée de nos articles, ne prétend pas dresser un portrait exhaustif des enjeux urbanistiques, municipaux et autres nouvelles locales qui ont le plus marqué Saint-Roch en 2017. Vous, qu’est-ce qui vous a particulièrement marqués cette année?

À lire aussi : Saint-Roch 2017 en rétrospective – La vie gastronomique, économique et ses humains