Départ de Musique Richard Gendreau : tristesse mais compréhension

musique_richard_gendreau

Suivant la nouvelle hier d’un déménagement à l’été pour Musique Richard Gendreau, devenu en 2016 une succursale de la chaîne Long & McQuade, Monsaintroch a recueilli les réactions de quelques personnes gravitant dans le milieu musical local depuis plusieurs années.

Une « bonne décision d’affaires »

Comme le rapportait tard hier Pierre-Paul Biron dans le Journal de Québec, le commerce s’établira à l’été 2017 à Sainte-Foy, dans des locaux mieux adaptés à son service de location, où il aura également une école de musique. Initialement fondé par Richard Gendreau et son épouse Odette, Musique Richard Gendreau faisait partie du paysage saint-rochois depuis 1981.meriol_lehmannC’est alors qu’il était encore « un ti-cul au Lac-Saint-Jean » que Mériol Lehmann a acheté, et reçu par autobus, sa première guitare de Musique Richard Gendreau. Par la suite, il a travaillé à l’ancienne école de musique puis au département d’enregistrement du magasin pendant 6 ans.

C’est sûr que ça fait un pincement au coeur. (…) je ne me déplacerai pas à Sainte-Foy pour des accessoires comme des cordes de guitare. À moins de gros achats, je vais probablement aller vers du commerce en ligne. La proximité et mon attachement au commerce étaient les raisons pour lesquelles je m’y déplaçais. Maintenant, s’il s’agit d’une guitare, ou un autre gros morceau, oui, je vais me déplacer », résume-t-il.

L’artiste multidisciplinaire et ex-directeur général du centre d’artistes en art audio et électronique Avatar comprend cependant la décision :

(…) la clientèle a changé. Et leurs raisons sont valides. Solotech est perdu dans un parc industriel et ça n’empêche pas les pros d’y aller. Ce déménagement est certainement une bonne décision d’affaires. Le bâtiment actuel n’est vraiment pas pratique pour les services de location », reconnaît-il.

Une perte pour le centre-ville

2012_campagna_opium_cr_isabelle_rancierConnu notamment pour son travail dans le milieu du théâtre, du cinéma et des arts multi de Québec, Mathieu Campagna explique aussi cette décision par les changements opérés avec le passage de Musique Richard Gendreau à Long & McQuade.

Musique Richard Gendreau s’intéressait au marché des « bands », aux ti-culs qui pratiquaient dans le fond des locaux miteux dans le but de faire des shows. Il s’intéressait aussi à la scène pro musicale. Long & McQuade s’intéresse au marché des parents qui veulent donner des cours de musique à leur ado (…) Leur décision s’explique si on regarde la chose sous cet angle. Évidemment, ça représente une perte pour le centre-ville. C’était un endroit où on pouvait trouver quelques passionnés dont l’avis et les conseils pouvaient être précieux. »

Peinée, Marianne Le Gendre, auteure-compositeure-interprète et MC des Fou Folk Funk, comprend la situation.

J’avoue être attristée par cette nouvelle, car Richard Gendreau est en quelque sorte une institution au centre-ville, sa diversité, la qualité des services et sa proximité permettent aux gens de Québec d’avoir accès [à ce qui répond] aux besoins essentiels des musiciens. Il faut dire qu’après le décès de son fondateur il y a quelques années, l’arrivée de commerces du même genre dans le quartier dilue la clientèle. »

nathalie-de-bourgetTandis que Marianne Le Gendre s’inquiète de l’avenir du local que laissera vacant ce départ, la professeure de chant de Limoilou et chanteuse du Duo Énergie Nathalie de Bourget rappelle avec sagesse qu’« on n’est pas à l’abri du changement » – même si spontanément, elle a trouvé la nouvelle « plate » et « ordinaire ».

Le milieu autour

Jean-Claude Anto, DJ et programmateur de spectacles, pense aux nombreuses scènes à proximité – Méduse, L’Anti, L’Impérial Bell, le District Saint-Joseph, le Cercle, le Tam Tam Café – ainsi qu’à L’Ampli et aux locaux de répétition : « ils auraient pu garder une faune vivante dans le quartier », note-t-il, tout en reconnaissant qu’« on ne peut pas leur en vouloir » d’avoir besoin de plus d’espace.Sur ma terrasse en ville_LouisianeLe sonorisateur, concepteur et musicien René Talbot, qui a déjà travaillé chez Musique Richard Gendreau, songe quant à lui aux retombées possibles du départ :

Je suis quand même déçu, car on avait toutes les marques regroupées entre Long & McQuade, Gagné, Denis et Twiggs. Sûrement que ça va changer la donne, car les distributeurs protègent certains secteurs et il va y avoir un « trou » au centre-ville pour certaines marques. (…) Je pense aussi que l’effet de proximité entre les magasins du centre-ville les avantageait. Beaucoup de musiciens passaient en ville faire la tournée des magasins pour voir et essayer les nouveautés. »

Long & McQuade – Québec634, boul. Charest Est