Bilan positif pour la première année des Ateliers du Réacteur

ateliers_reacteur
Chantal Gilbert, conseillère du district de Saint-Roch–Saint-Sauveur; Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, du patrimoine et de l’aménagement du territoire; Suzie Houde, mécène; Alexandrine Cardin-Dubé, directrice générale de la SDC St-Roch; Jocelyn Robert, directeur de l’École d’art de l’Université Laval.

Après de nombreuses questions lors de la création des Ateliers du Réacteur pour accueillir des artistes, la réponse un an plus tard s’avère plutôt positive, avec plus de 150 artistes qui ont loué des espaces à court ou à long terme. Les locations à long terme affichent même complet grâce à des modifications de location apportées au cours de cette première année.

En effet, la SDC St-Roch a entendu les doléances des artistes qui se plaignaient des trop grands espaces et d’être co-solidaires du bail avec des personnes qu’ils ne connaissent pas. La mise en location a donc été revue pour offrir aux artistes des subdivisions des locaux.

Début 2016,  on a essayé avec un atelier et il a été loué en une journée. On s’est dit, on essaye avec un deuxième atelier et la réponse a été la même », a expliqué Alexandrine Cardin-Dubé.

Les artistes louent donc maintenant au pied carré selon leurs besoins, sans se préoccuper de l’espace entier du local. Des séparations divisent les différents ateliers qui sont semi-privés ou privés. Actuellement, 19 ateliers sont occupés par des artistes professionnels et de la relève; des 150 artistes de la première année, 29 ont loué d’une manière permanente. Parmi les artistes, on retrouve entre autres des peintres, sculpteurs, photographes, artistes multimédias et maroquiniers.hugo_landryL’artiste peintre Hugo Landry a été séduit par la formule il y a six mois, alors qu’il travaillait à domicile. Selon l’artiste, sa créativité s’est améliorée et sa vie personnelle est séparée de sa vie professionnelle.

Le fait de sortir de chez moi à Sainte-Foy, de venir au centre-ville, d’arriver tôt, de préparer mes choses, ça crée une routine et je me suis mis à produire beaucoup. »

Ravi de sa première année d’expérience et de la synergie avec les autres artistes, Hugo Landry compte bien renouveler, et même peut-être agrandir son espace de location.

Une bourse et un espace pour les artistes féminines de la relève

La mécène Suzie Houde, une collectionneuse passionnée par l’art et étudiante au baccalauréat en arts visuels et médiatiques, a décidé de donner un coup de pouce à ses compères d’études. Sur trois ans, la bourse Suzie-Houde offrira un espace de production de 255 pi² aux Ateliers du Réacteur à trois diplômées (une par année) au baccalauréat de l’École d’art de l’Université Laval.

À la fin des études, il y a souvent un no man’s land avant d’être reconnu comme artiste professionnel. Et cette période est particulièrement vraie pour les femmes, alors que les bancs d’école sont occupés par 70 % de femmes et les galeries, par 70 % d’hommes », a souligné Suzie Houde.

En plus de cet espace, les lauréates recevront une bourse de 2 500 $ dans le cadre du programme Première Ovation – Arts visuels, arts médiatiques et métiers d’art. La date de dépôt pour la bourse Suzie-Houde – Première Ovation est le 15 février.

Les Ateliers du Réacteur731, rue de Saint-Vallier Est