Une nouvelle vision du déplacement à vélo

J-F Martel

Accès transports viables invitait le 31 mai dernier Jean-François Martel, conseiller en planification du transport à la Ville de Québec, pour une conférence durant laquelle il allait nous expliquer les défis de son mandat et nous livrer quelques exclusivités intéressantes sur de futurs tracés.

Saviez-vous que la Ville de Québec dédie 2,5 fonctionnaires à la tâche de créer et de concevoir un réseau cyclable complet ? Québec dépensera 3 M $ pour son réseau cyclable cette année, alors que près de 100 M $ sont dépensés pour la réfection et l’entretien des rues pour l’automobile.

Une nouvelle vision… et une course à obstacles

Faisons une règle de trois : 2,5 fonctionnaires et 3 millions pour le vélo, 100 M  = ? On pourrait croire qu’environ 83 fonctionnaires et ingénieurs travaillent à temps complet à la réparation du réseau routier ici alors ? Épatant, n’est-ce pas ?Si vous saviez par combien d’épreuves il faut passer pour réaliser une piste cyclable à Québec, vous pourriez penser que monsieur Martel est un moine tibétain. Il a même avoué, lors de sa conférence, qu’une des belles contraintes de son métier est de rencontrer les citoyens. Et il y en a d’autres…Québec est un ancien port important. Son territoire est rempli de voies ferrées sur des terrains qui sont fédéraux, ils ont donc une réglementation unique. Il y a beaucoup de rivières, beaucoup d’autoroutes. Québec est une ville à deux niveaux, haute-ville et basse-ville. Il y a d’immenses carrefours, nous habitons une des villes où l’on retrouve le plus d’autoroutes en Amérique du Nord. C’est aussi 300 ans de circulation conçue pour les calèches.Il faut faire appel aux pompiers ou aux policiers lorsqu’on souhaite retirer une voie pour ne pas nuire au temps d’intervention. Il y a aussi le transport en commun qui désire garder ses tracés directs intacts pour bien desservir sa clientèle. Et lorsqu’on s’entend avec tout ce beau monde, il faut souvent acquérir des terrains qui n’appartiennent pas à la Ville pour construire des aménagements sécuritaires.Un casse-tête impérial !J-F Martel

Les types de cyclistes

La Ville de Québec a commandé une étude de l’Université McGill, dans laquelle on découvre différents types de cyclistes. Monsieur Martel a pris le temps de nous les présenter.

  • Le cycliste encouragé, celui que son employeur encourage à pédaler jusqu’au travail. Ce serait le plus grand nombre de cyclistes à Québec par ailleurs, et ils travaillent pour la plupart dans le parc technologique. Il est prouvé que les employés qui se rendent en vélo au bureau sont plus productifs.
  • Le cycliste convaincu, celui pour qui le vélo est un mode de vie.
  • Le cycliste décontracté, celui pour qui, peu importe s’il y a un gros boulevard à traverser, va prendre son temps pour se rendre à destination. Les obstacles ne sont pas un problème pour lui.
  • Le cycliste pratique, ce jeune universitaire sans voiture qui préfère le vélo au bus.
  • Le cycliste insouciant, un flanc mou qui se fout des contraintes, du temps ou du trafic. Pour lui, ce qui compte, c’est rouler – ou pas, en fait, on ne sait pas trop…
passerellle

Les nouveaux axes

Seize projets sont dans les plans pour Québec, dont dix prioritaires. Il s’agit de 8,5 kilomètres de nouvelles pistes, mais par manque d’effectifs, on y va par étapes. Si on mettait un peu plus d’argent pour le vélo à la Ville de Québec, on pourrait concrétiser les projets prioritaires beaucoup plus rapidement. Pour l’instant, on demande à trois personnes de construire l’équivalent d’un Château Frontenac. Une citoyenne à la conférence a même demandé à monsieur Martel si elle pouvait l’aider, et comment faire !L’axe Neuvialle est intéressant. Il rattachera Les Rivières et l’ouest de Québec en passant par Père-Lelièvre. On pourra se rendre aux Saules, notamment, mais il y a beaucoup à faire, dont une ou deux passerelles coûteuses. Et pour l’instant, on s’occupe surtout de rabouter les trous de pistes inachevés comme l’avenue du Colisée, par exemple. La rue du Pont servira de point de départ au futur réseau cyclable en ville.Vous remarquerez déjà de beaux changements dans les rues de la ville dès cet été, dont la passerelle des Trois Sœurs, qui est une véritable réussite. En vérité, il faut soumettre un projet deux ans d’avance aux ingénieurs de la Ville pour qu’il soit dans les plans. Et monsieur Martel est là depuis deux ans, alors…Je suis convaincu que d’ici trois ans à peine, nous allons remercier et féliciter la Ville de Québec ainsi que ses trop peu nombreux fonctionnaires pour notre magnifique réseau cyclable. Le meilleur reste à venir.À lire aussi : Le lien cyclopédestre sur la Saint-Charles officiellement ouvert.

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir