Mois Multi 17 : Réenchanter l’hiver

Crédits : Nic Cantin
Crédits : Nic Cantin

Février a beau être le mois le plus court de l’année, c’est bien souvent le plus généreux en manifestations artistiques mémorablement originales. Une fois de plus, le Mois Multi promet de nous en mettre plein la vue pour nous faire oublier l’hiver !

Pour les spectateurs et les résidents de la Basse-Ville, ce festival d’arts multidisciplinaires passe rarement inaperçu. Cette année, il prendra plaisir à investir encore davantage l’espace de manière créative avec quelque 9 spectacles et 14 installations qui traverseront le quartier Saint-Roch. Ariane Plante, nouvelle commissaire, avait progressivement annoncé ses couleurs en décembre dernier et les réaffirme : l’espoir et le réenchantement teintent l’orientation artistique de l’événement, qui prend toujours racine dans les quartiers généraux de la Coopérative Méduse.

D’audacieuses performances

Parmi les spectacles qui composent la programmation du mois, plusieurs propositions artistiques sont des exemples d’audace et d’inventivité, tout en demeurant très accessible au grand public. Le Blind Cinema de Britt Hatzius offre une expérience sensorielle unique, où des enfants s’appliquent à décrire au public les images d’un film se déroulant devant leurs yeux, alors que les spectateurs sont privés de leur vue pour la durée de la représentation. Pour sa part, le spectacle Cycle du collectif montréalais QUADr ouvre le mois de février avec une performance audiovisuelle impliquant de larges roues de bicyclettes, de la vidéo et des jeux d’ombres autour des autres performeurs, qui articulent un environnement sonore quasi techno très enveloppant. On retrouve aussi dans la liste des artistes des noms familiers du Mois Multi comme Line Nault, travaillant la vidéo interactive, et le Théâtre Rude Ingénierie, qui proposent la superposition de la danse contemporaine à un dispositif d’éclairage interactif et ludique.

Cycle Crédit : QUADr
Cycle
Crédit : QUADr

Installations éclatées

Très nombreuses et toutes aussi variées, les installations prennent une grande place dans la programmation du festival. La plus imposante d’entre elles occupera le parc Saint-Roch (Jardin Saint-Roch), où s’érigera une véritable cabane de pêche qui accueillera des visiteurs individuels pour découvrir les eaux gelées du lac Saint-Jean imaginées par le collectif L’eau du Bain. Au Cercle et dans la vitrine de Regart à Lévis s’afficheront les œuvres vidéo colorées d’Allison Moore : Suburban Terrarium et Urban Terrarium, qui permettront au public d’observer un quotidien monotone ou les paysages dada éclatés d’une ville miniaturisée avec humour. Aussi, l’environnement sonore migratoire de Stephen Cornford sera très attendu dans le Hall de Méduse, autant que la pléiade de guitares électriques de Matt Rogalsky vibrant aux flux des ondes radio dans la Galerie des arts visuels de l’Université Laval. Avis au public, tout cela n’est que la pointe de l’iceberg !

Urban Terrarium Crédit : Allison Moore
Urban Terrarium
Crédit : Allison Moore

Activités satellites et invité d’honneur

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la programmation très riche du Mois Multi 17 aura de quoi mettre la dépression hivernale au tapis ! Cabarets audio mobiles, lancements d’album, œuvres web, ateliers projections cinématographiques et débats artistiques s’additionnent à la présence spéciale d’un invité d’honneur tout au long des festivités. En effet, c’est Keith Kouna qui aura l’occasion de s’inspirer de son expérience Multi pour créer une toute nouvelle performance présentée à la fin du mois, tandis que son Voyage d’Hiver reprendra vie pour ouvrir le festival, les 29 et 30 janvier prochains à la Salle Multi.