L’aménagement urbain et la santé

Jardin de Saint-Roch et parc linéaire de la rivière Saint-Charles
Jardin de Saint-Roch et parc linéaire de la rivière Saint-Charles, quartier Saint-Roch. 20 mai 2016.
Source : Contact (blogue – Impression d’architecture),  Martin Dubois, 8 juin 2016

Les architectes, les urbanistes et les architectes paysagistes influencent non seulement le développement d’une ville, mais aussi la santé de ceux qui l’habitent.

C’est justement à eux, tout comme aux décideurs et aux promoteurs, que s’adressait le plus récent Colloque sur l’innovation organisé par la Ville de Québec, sous le thème « Une place pour tous: Cohabiter l’espace urbain ». (…)

Une ville bien aménagée pour des citoyens en santé

De plus en plus, les chercheurs dans le domaine de la santé s’entendent sur le fait que l’environnement physique dans lequel la population évolue a un effet important sur la santé. (…)La conférencière Emiko Atherton, directrice de la National Complete Streets Coalition, un programme de Smart Growth America, abonde dans le même sens [que le Dr Jean-Pierre Després, professeur au Département de kinésiologie de l’Université Laval]. Selon cette résidente de Washington D.C., les rues sont les artères de la collectivité. Tous, sans égard à l’âge, à la mobilité, au revenu ou à l’origine ethnique, ont droit à un accès sécuritaire, aisé et pratique aux lieux publics et communautaires, quel que soit leur moyen de locomotion – la marche, la voiture, le vélo ou les transports en commun. Or, les rues sont généralement aménagées pour la seule commodité des automobilistes, ce qui n’encourage en rien les transports actifs. (…)Que ce soit la présence de pistes cyclables, de parcs et de cours d’école où les enfants peuvent s’amuser et dépenser de l’énergie, de trottoirs où les piétons se sentent en sécurité, de quartiers où l’on peut faire ses courses, aller travailler ou se rendre à l’école à pied ou à vélo, de parcours (escaliers, sentiers, etc.) qui peuvent se transformer en gym à ciel ouvert, les exemples de lieux favorisant l’activité physique ne manquent pas dans notre ville. Ils ne sont toutefois pas répartis équitablement sur l’ensemble du territoire, et les bonnes habitudes de vie ne sont pas assez encouragées. L’automobile est toujours reine, et l’étalement urbain ne fait qu’accroître sa suprématie. (…)Il est vrai que la Ville de Québec a fait beaucoup d’efforts ces dernières années pour aménager des espaces urbains de qualité sur son territoire et pour favoriser la densification urbaine. Mais il y a encore beaucoup de travail à faire pour intégrer complètement les notions de transports actifs, de santé globale et de ville durable dans notre ADN de Nord-Américains accros à la voiture. L’idée fait toutefois tranquillement son chemin, et des colloques comme celui-ci, où des spécialistes de ces questions venus d’ailleurs viennent éveiller nos consciences, ne peuvent qu’être profitables à long terme.Lire la suite : L’aménagement urbain et la santé.