« Es-tu féministe ? »

manif_stopcultureduviol_6
Publicité

Près d’un millier de personnes de tous âges ont répondu par l’affirmative en prenant part à la Manifestation contre la culture du viol à Québec hier soir.

Point de départ et d’arrivée, la place de l’Université-du-Québec a vibré sous les applaudissements et cris de ralliement de la foule dès les premières notes de la fanfare Tint(A)nar suivies par les premières prises de parole, peu après 19 h.Dans la foulée des agressions survenues aux résidences de l’Université Laval dans la nuit du 15 octobre dernier, et de leurs suites, la manifestation s’était organisée de façon collaborative grâce à l’implication de dizaines de femmes. D’autres avaient lieu le même jour à Montréal, Saguenay, Sherbrooke, Outaouais et Trois-Rivières.

« Je suis féministe »

stopTémoignages d’agressions et de répressions d’une femme mexicaine et de Camille Comeau, femme transgenre animatrice radio, réflexion du quotidien tirée du blogue de la collègue Anne-Christine Guy, intervention d’élues se sont succédé sur la petite scène avant la marche. À son tour de parole, la ministre de la Condition féminine Lise Thériault a invité les autres élues et élus sur place – Agnès Maltais, Manon Massé, Amir Khadir, entre autres – à la rejoindre pour annoncer notamment l’adoption d’une motion pour la lutte à la culture du viol. Plus tôt dans la journée, Québec Solidaire avait demandé au premier ministre d’appuyer le mouvement #Stopcultureduviol. Trois mots scandés par les manifestantes pendant l’intervention de Lise Thériault auront porté fruit : critiquée par le passé pour avoir évité de s’identifier au mouvement, la ministre a bel et bien émis, en revenant vers le micro après-coup, un « Je suis féministe ».

Marche et espoir

Orchestrée par des organisatrices chevronnées comptant aussi bien des professionnelles du milieu communautaire et des médias locaux que des étudiantes, cette mobilisation semble avoir gagné le pari de rassembler les féministes dans leur diversité… Nous redonnant du coup un peu de l’optimisme perdu à suivre les débats diviseurs sur les réseaux sociaux.Le tout s’est passé sans anicroche, selon un déroulement bien huilé. La foule aux pancartes et bannières nombreuses et variées a pris le chemin en direction du Palais de Justice en empruntant les rues de la Couronne et du Roi, pour en revenir par le boulevard Charest, avec la même énergie, catalysée par les slogans des crieuses. Les prises de parole se sont par la suite poursuivies à place de l’Université-du-Québec.

Retour de la marche de la Manifestation contre la culture du viol à Québec

https://youtu.be/75V0dx_1gas