Voter, c’est acheter : Potloc dans Saint-Roch

Le 769, boulevard Charest Est sur Potloc.ca
Le 769, boulevard Charest Est sur Potloc.ca
« Dans Saint-Roch, il manque un (…) » Voilà une phrase que vous, moi, nos voisins, collègues et amis du quartier prononçons de temps à autre. Et s’il y avait un moyen d’influencer l’implantation de commerces et services qui nous font défaut ? C’est ce que souhaite être Potloc, qui se donne pour mission « d’aider les entrepreneurs à trouver l’emplacement idéal pour leur nouveau commerce et les propriétaires à louer leurs locaux vacants. » Comment ? En demandant aux citoyens de voter pour ce qu’ils souhaitent voir dans ces locaux vides. Démarré dans la région montréalaise, Potloc.ca affiche depuis quelques jours trois adresses du boulevard Charest Est :

Publicité

En choisissant l’un des 8 types de commerce proposés, dont Services et Autres commerces, on accède à des sous-catégories pour préciser son vote, de même qu’à une case pour commenter.

Au centre du quartier

Si bien des commerces ont accru l’offre dans des créneaux comme la restauration, la mode, le design et la décoration, certains produits et services de proximité ont déserté Saint-Roch ou s’y font attendre. Un billet collectif précédent évoque des absences remarquées : quincaillerie, fruiterie, vêtements de milieu de gamme, pour toute la famille… Du côté des services, on ne retrouve aucun vétérinaire dans toute la Basse-Ville – où chiens et chats sont pourtant fort nombreux – mais seulement des animaleries à Saint-Sauveur et à Limoilou. Et que dire des cliniques médicales avec médecins…Déplorer que les stratégies de développement suivent un branding apposé de force à un quartier plutôt que les besoins réels de la population, c’est bien souvent passer pour un empêcheur de prospérer en rond. Or les quatre cofondateurs de Potloc – de jeunes entrepreneurs issus de l’immobilier, du marketing et de la publicité, de la techno – prônent un retour du citoyen au centre du processus pour favoriser, justement, la prospérité des futurs commerces d’un secteur : « C’est aux citoyens de décider de l’avenir de leur quartier car ils en sont les premiers acteurs. »