Une soirée revengeresse haute en couleurs : duchesses, quartiers et performances

Les duchesses photo par Hélène Bouffard
Toutes les photos sont une courtoisie de la Revengeance des duchesses. Celle-ci est l’oeuvre d’Hélène Bouffard, la seconde (plus bas dans le texte), celle de Cathy Lessard.
Hier soir au Cercle, c’était le lancement de la Revengeance des duchesses.  Six ans maintenant que nos quartiers chéris sont représentés, aimés, écrits, filmés par ces femmes aux talents multiples. Hier soir, nous avons eu un aperçu du talent de cette nouvelle cohorte de 9 duchesses.Toute une soirée où poésie, chanson, imitations, violon, danse, performance, stand up comique, etc. se côtoyaient. Cette année, c’est Maxime Robin et Catherine Genest qui prenaient le micro à l’animation de la soirée : un Doc qui nous a ramenés vers notre futur dans sa Dolorean, une Pierrette un peu déboussolée de passer de 1956 à 2015, avec des duchesses tellement différentes. Les deux animateurs ont su nous faire rire tout au long de la soirée avec leurs commentaires et leurs questions aux duchesses.Mais tout ça était secondaire. Car la vraie soirée, ce sont ces huit femmes et un robot qui l’ont faite. Des performances à la hauteur de la réputation trashicomique de la Revengeance. On a vécu toutes sortes d’émotions dans la salle, croyez-moi.Le bal s’ouvrait avec Isabelle, NOTRE duchesse de Saint-Roch. Virtuose du violon, elle a interprété, accompagnée d’un guitariste, une mélodie celte. À la fin, tout le monde suivait le rythme en claquant des mains. Un moment de communion avec la foule.Par la suite se sont succédé, pas nécessairement dans l’ordre – ma mémoire a des limites – les autres performances.Jeanne, duchesse de Saint-Jean-Baptiste, a présenté une vidéo où elle a mis en image un poème de son cru. Poème inspiré par son quartier et le poète Jean-Paul Daoust intitulé Les Yeux. Un regard moderne sur la faune que forment les habitants, travailleurs, passants, commerces, etc. de Saint-Jean-Baptiste.Le duché de Duberger-Les Saules est pour la première fois représenté cette année dans la course à la couronne. Sa duchesse Catherine, historienne de son état, maman de coeur, nous a présenté une performance entrainante et pleine d’amour pour son quartier : un medley de chansons qu’elle a écrites sur des airs connus, qui décrit les chiens de son quartier, la course à 23 h dans le quartier tranquille et la soul qui l’habite.Beauport fait un retour en force dans la course : Marie-Claude, sa duchesse, nous a servi un monologue comique et rempli d’amour pour son quartier. Un dernier hommage au quartier qui l’a vue grandir avant de déménager. Comique et allumée, la jeune femme ne s’est pas laissée démonter, même par les remarques de Maxim Robin…Cette année, autre nouveauté, il n’y a pas d’homme dans la cohorte, mais un robot : Arthy – bon, le robot cache un homme, Mathieu Lemoine – représente le duché de Saint-Malo, aussi dans la course pour la première fois. Arthy nous a fait, de sa belle voix de robot, des imitations : Ariane Lessard, duchesse 2014 de Saint-Sauveur, et Andy Kaufman.Sa voisine Andréanne, duchesse de Saint-Sauveur, est entrée sur scène une couronne de bougies sur la tête. Puis elle a déclamé une poésie trash où elle parlait de Saint-Sauvé : un cri d’amour où histoire, religion, actualité, etc. se rencontraient pour décrire ce quartier. Une performance qui n’a laissé personne indifférent.Les duchesses photo par Cathy LessardUne autre, Andrée-Anne – Blacutt de son nom de famille – est la duchesse de Montcalm. Artiste peintre – que vous connaissez peut-être – elle nous a offert une performance artistique. Debout devant une vidéo où des motifs (son travail de peintre) et des images d’elle se superposaient et, au son de sa voix qui clamait un texte, elle a extériorisé le combat entre son identité de duchesse et de peintre et ce désir de parler de son quartier – interprétation libre de votre blogueuse !Vanier est de nouveau représenté cette année, sa duchesse Jessica nous a offert une performance de danse moderne. Nullement danseuse, elle a interprété, accompagnée de son chorégraphe, une danse exprimant la fusion de la ville de Québec et de la ville de Vanier. Une chorégraphie qui était pleine de belles allusions et, disons-le, rafraichissante.Le bal s’est achevé avec la dynamique duchesse de Limoilou. Cette dernière nous a exécuté une performance multidisciplinaire. Émilie, de son prénom, occupe à longueur de semaine six emplois : animatrice radio, journaliste, vendeuse de canneberges, clown et prof de guitare. Elle nous a donc présenté un medley de ces emplois. Une performance qui finissait bien le spectacle.Je vous ai fait un résumé rapide – bon, pas tant – qui n’est pas du tout à la hauteur de ce que j’ai vécu hier : rires, bouleversements, surprises… C’était magique. Vous l’avez manqué ? Je n’oserais pas dire shame on you, parce que vous avez vraiment manqué quelque chose, mais rattrapez-vous : suivez les duchesses sur le blogue www.revengenceduchesses.com et lisez, visionnez, écoutez… ce qu’elles ont à dire. Vous verrez, ce sont des femmes de talent, pleines d’idées. Surtout, n’oubliez pas de voter pour votre préférée, chaque jour.Et sans parti pris (hum hum) : la couronne à Saint-Roch !