Une représentation qui donne envie

Envies 1
Les photos de cet article sont de Renée-Catherine Côté.
Collaboration spéciale : Lucile Giroussens

Nous avons tous des envies, des fantasmes cachés. Ce sont ces envies que personnifient Catherine Simard et Samantha Clavet dans la pièce Envies. Une façon d’aborder la sexualité et la prostitution sans complexe et avec humour, pour déculpabiliser ce phénomène auprès du public.

Envies 2. Crédit photo : Renée-Catherine Côté.Sur scène, Catherine Simard est « elle-même ». Catherine, une fille de bonne famille, studieuse et un peu coincée, partageant son temps entre l’université et sa job dans un café de Limoilou. Mais la nuit, elle est aussi Stacy. Un rôle que Catherine joue avec les hommes, les charmant par ses clins d’œil et ses poses lascives. Les mauvaises langues diront qu’elle se prostitue. Stacy se définirait plutôt comme une actrice. Une actrice sachant s’adapter aux différents besoins de ses hommes, qu’il faille les écouter ou les faire jouir.

Faire un parallèle

Cela fait trois ans que Samantha Clavet, la dramaturge, travaille sur Envies. Avec comme point de départ une réflexion toute simple :

En discutant avec d’autres, je me suis rendue compte que l’on pouvait faire un parallèle entre la prostitution et le théâtre. Dans les deux cas, notre corps est un outil. »

D’où la naissance de Catherine et de Stacy, qui tour à tour livrent leurs sentiments sans pudeur ni tabou. Un monologue auquel le public assiste et prend parfois part. Une interaction voulue qui au final permet à chaque représentation d’être unique.

Publicité

Une fois, un personnage s’est mis à me parler, ce qui n’était pas prévu. Alors on a commencé jaser de tout et de rien. Il faut parfois improviser, mais au final le public ne s’ennuie pas et moi non plus », sourit Catherine Simard.

Envies 3Une complicité avec le public qui se matérialise également par le décor intimiste et la proximité de l’actrice avec les premiers rangs. La jeunesse de Catherine, âgée de 20 ans, permet au public de se reconnaître et de se sentir concerné par ses préoccupations. Qui n’a jamais fait de Skype un peu coquin avec son petit ami lors d’une relation à distance ? Qu’est-ce qui peut nous faire basculer dans la prostitution ?L’objectif d’Envies est clairement d’aborder la prostitution et le fantasme sous l’angle de l’humour et de la déculpabilisation. Et la sauce prend avec un public tantôt rieur, tantôt compatissant face aux anecdotes que livre la jeune femme.

Prochaines représentations de Envies :

Le Théâtre Escarpé invite le public à aller prendre un verre avant le début du spectacle au bar principal de chacun des lieux de représentation. Les billets sont en vente au coût de 17 $ (15 $ prix étudiant) sur www.lepointdevente.com.