Pourquoi avez-vous peur de la maladie mentale ?

Source : Le Journal de Québec (blogue), Claude Villeneuve, 15 mai 2015 

Ma première tentative de répliquer à un de mes collègues du Journal s’est bien soldée, avec une réponse de sa part hier. C’est un texte respectueux qui fait avancer la discussion. Yé !

Le présent billet ne se veut pas une nouvelle riposte. Je vais plutôt aborder un angle mort de la jase de cette semaine sur Saint-Roch.Il y a juste un élément par rapport au papier de Jérôme sur lequel j’aimerais revenir. En gros (je comprends que c’est sur ce point précis que son intervention se veut une réplique à la mienne), il déplore que la présence de toxicomanes génère ce qui lui apparaît être un sentiment de sophistication pour les riches qui habitent dans une ville, une façon de se donner l’impression de vivre à New York ou Chicago.« Or », écrit-il, « Québec, n’est PAS une grande ville ». (...)

Cela dit...

Ce n’est pourtant pas l’aspect sur lequel je veux insister, après cette controverse, que Denis Gravel, le comparse de Landry, a baptisée « le Saint-Roch gate » de manière fort amusante.Ce qui m’a le plus frappé, dans cette discussion (particulièrement dans les commentaires que j’ai vus sur le web), c’est ce que ça dévoilait également le drôle de rapport que l’on entretient avec les gens qui souffrent de maladie ou de handicap mentaux. (...)[ Tout l'article. Notre point de vue : Pour l’amour de Saint-Roch. Aussi, ce billet de Québec Urbain. ]