L’accessibilité au service des commerçants

Simon_April_CAPVISH
Simon April, chargé de projet Accessibilité, CAPVISH.

Chez Victor, rue Saint-Paul dans le quartier voisin, le Comité d’action des personnes vivant des situations de handicap (CAPVISH) lançait mardi la campagne de sensibilisation et la trousse L’accessibilité au service des commerçants, ciblant particulièrement les commerces de proximité, les restaurateurs et les propriétaires des immeubles qu’ils occupent.

Fruit d’une longue démarche qui a nécessité une étape de marche arrière pour mieux avancer – et mieux inclure commerçants et restaurateurs dans le processus – la trousse démystifie l’accessibilité, ses avantages et ses conditions, tout en fournissant des outils et des références.Investissement majeur requis? Il existe des programmes de financement aux trois paliers gouvernementaux. Bricoleur mais incertain de la marche à suivre? Des documents et des organismes peuvent vous renseigner sur les normes. Besoin de fournisseurs spécialisés? Une liste est annexée à la trousse. Juché au sommet d’une volée de marches sans espace pour un ascenseur? Un intercom ou un bouton d’appel au bas de l’escalier, un terminal de paiement sans fil qu’on peut déplacer, des services de livraison sont autant d’options envisageables pour répondre à la demande des clients à mobilité réduite, locaux ou visiteurs.Selon les données de Kéroul, le marché du tourisme accessible constituera 25 % d’ici 2020. Les aîné(e)s comme les jeunes familles avec des poussettes s’ajoutent au nombre des personnes qui bénéficient de la mise en accessibilité. Les commerces répondant aux normes d’accessibilité se verront octroyer un autocollant J’ai à coeur l’accessibilité de mon commerce et seront inclus au répertoire en ligne que les personnes à mobilité réduite pourront consulter au moment de prévoir leurs sorties et déplacements.Chargé de projet Accessibilité au CAPVISH, Simon April comprend que pour les personnes sans limitations physiques, prévoir l’accessibilité ne va pas de soi. Lui-même, en fauteuil roulant, ne pense pas toujours d’emblée à la réalité des non-voyants, par exemple. La trousse comme la campagne de sensibilisation ne visent pas à faire la leçon aux commerçants, mais plutôt à leur offrir une collaboration.À propos de collaboration, l’initiative a bénéficié du soutien financier de la Ville de Québec et de l’Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ). En plus de frapper directement à la porte des commerces durant sa démarche, le CAPVISH a contacté les Sociétés de développement commercial (SDC) pour des appuis. « La SDC Centre-ville (dans Saint-Roch) a embarqué tout de suite. Celle de Limoilou nous a invités à une rencontre. », résume Simon April.Pour plus d’information, on peut visiter la page Facebook L’accessibilité au service des commerçants. Un site Web en développement facilitera, à terme, les demandes de soutien, d’intervention et d’information, dans la poursuite de l’objectif ultime de la campagne : une ville accessible.Références pour la mise en accessibilité :