Être itinérant en hiver

Source : Le Québec Express, Perrine Gruson, 3 février 2015 (...) Être itinérant est un état de vulnérabilité extrême en tout temps. Mais comment survivre en plus à l'hiver, à Québec par des températures glaciales ? Certaines ressources comme Lauberivière ont des besoins plus grands dans le temps des fêtes, notamment en nourriture. Les personnes qui bénéficient des services de Lauberivière l'utilisent comme dernier recours. Plusieurs facteurs sont en cause dans l'itinérance, il se passe d'abord tout un processus d'exclusion sociale avec des facteurs de risques plus ou moins évidents. Selon Éric Boulay, directeur de Lauberivière, il n'y a pas de parcours type d'itinérant. (...)Selon M. Boulay, il reste un rôle d'éducation à faire auprès de la population, qui soit prend en pitié les itinérants, soit dit c'est de leur faute. Le rôle d'éducation est aussi à faire avec les itinérants, avec qui il faut créer un lien de confiance avec le plus grand respect.[ Tout l'article ]