Appartements à Québec : prix à la hausse malgré un plus haut taux d’inoccupation

Quartier Saint-Roch
Quartier Saint-Roch, vue en direction N. 17 mai 2012.
Source : Le Soleil, Baptiste Ricard-Châtelain, 30 juin 2015. 

Le coût des loyers augmente rapidement dans la capitale malgré une hausse importante du taux d’inoccupation des appartements, selon une compilation effectuée par le Bureau d’animation et information logement (BAIL). Les quartiers centraux, en particulier, seraient de moins en moins accessibles, même dans la basse ville.

Depuis le début du printemps, l’organisation de défense des droits des locataires a recensé quelque 1600 annonces de logis à louer dans les journaux et sur le Web. Les montants exigés par les propriétaires ont ensuite été comparés à ceux recensés par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) en octobre dernier afin d’évaluer la progression. Et puis ? Les loyers réclamés pour les appartements mis sur le marché suivent une courbe haussière, affirme l’organisateur communautaire Jonathan Carmichael, en entrevue avec Le Soleil. (…)Au coeur de la capitale, la crue atteindrait jusqu’à 13 % en quelques mois pour les logements de trois chambres. En déboursant de 900 $ à 1265 $ par mois pour un 5½, un locataire paierait ainsi, par rapport au montant établi dans la recension effectuée à l’automne, 100$, 150 $ de plus par mois pour un logis.(…)Le militant pense cependant que certains propriétaires profitent du départ d’un locataire pour hausser de beaucoup le prix. (…)[ Tout l’article. À lire aussi : Taux d’inoccupation de 1,8% à Québec. ]