Trois paysages

Jeudi dernier, la salle Mutli de Méduse à Saint-Roch, recevait la création Trois paysages proposé par La Rotonde. De retour pour une deuxième année consécutive, Trois paysages est une chorégraphie originale de Karine Ledoyen. Une œuvre qui engage le corps et propose une réflexion sur le bien commun. Une danse du partage qui met en scène cet air que nous partageons, ce vent qui nous caresse tous. Trois paysages parallèles, les forces d’attraction du corps et de l’espace. La puissance l’oxygène dans chacun de nous, là où réside la vie. Un envol garanti pour tous.La salle était pleine de monde. Des gens de tous âges, attentifs, prêts à s’évader. Il était annoncé que quatre interprètes se produiraient. À la surprise générale, un cinquième individu accompagnait les danseurs. Un spectateur sélectionné avant le spectacle par la chorégraphe, invité à prendre part à la démonstration artistique. De cette manière, le public intervenait concrètement dans la performance. Une proximité s’est installée entre tous. Le garçon choisi a vécu une tout autre expérience sensorielle. Il est demeuré sur scène tout le spectacle, à se laisser entraîner par l’énergie des interprètes.Les danseurs partageaient la scène avec une fresque volatile composée de 192 feuilles de papier qui virevoltaient au rythme des mouvements des artistes. La musique s’accordait aux soulèvements des corps. Ils flottaient, légers et en contrôle. Leur gestuelle s’accordait mutuellement et les pas étaient exécutés avec cœur et précision. On sentait la poésie de l’air, sa fraîcheur et toute sa force. Le corps des danseurs s’emboîtait, se respectait et se mélangeait. Si j’ai une leçon à retenir, c’est que le partage est la seule chose qui permettra de mettre de l’air pur dans nos poumons et de s’élever. Une geste artistique engagée et épurée qui m’a fait du bien.La chorégraphe, les interprètes et le metteur en scène se sont même prêtés à une séance de discussion après la présentation. Les spectateurs témoignaient de leur appréciation, de leur compréhension de l’œuvre. Nous réfléchissions ensemble sur la performance. Cet échange intime fut bénéfique pour tous. Karine Ledoyen nous a confié son processus de création quant à cette chorégraphie. C’est en s’inspirant de ses interprètes et de leur proposition que tous les mouvements ont pris leur sens. Une création collective pour parler de collectivité. Que demander de plus? Rendez-vous sur le site de La Rotonde pour connaître les présentations à venir. Une programmation pour tous, petits, grands, virtuoses et pieds gauches.

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir