Les artistes du Marché de l'Îlot des tanneurs

  C'était samedi. L'été indien nous avait replongés de plein fouet dans la saison estivale. Un moment parfait pour terminer certains travaux extérieurs avant que la pluie et ensuite la neige couvrent ma minuscule — mais combien plaisante — cour arrière pendant plusieurs mois.Toutefois, il n'était pas question de manquer la première édition du Marché de l'Îlot des tanneurs. Pour l'occasion, les résidents et certains artistes de ce quartier de Saint-Roch avaient l'opportunité de sortir des tables et de vendre des objets : tableaux, patins, photographies... Bref, un vrai bazar ! Localisés majoritairement sur Arago Est, les exposants occupaient également les rues Jérôme, Turgeon, Nazaire-Fortier, Horatio-Nelson, De Magellan, des Voltigeurs qui étaient tous fermées pour l'évènement. Au-delà de l'achat d'objet, je souhaitais surtout enfin voir les artistes de ce fameux quartier. La dernière fois que j'en avais croisé des vrais, c'était à l'époque du Omer Desserres.Mon arrivée un peu tardive sur les lieux de l’événement ne m'a pas permis de constater tout le succès de celui-ci. Dommage.Néanmoins, les informations que j'ai pu collecter auprès des différents exposants me permettent de dire qu'environ 500 personnes sont passées devant la trentaine de tables réparties à l'intérieur du périmètre du Marché de l'Îlot.Des fleurs et des prosesHeureusement, j'ai enfin pu rencontrer certains artisans du quartier, comme Gabriel Lalonde et son art quotidien et Francine Vernac et son plaisir à conjuguer les images et les mots. C'est comme si je pouvais enfin mettre un visage à ce magnifique quartier où les poteaux de téléphone sont fleuris et tatoués de proses.Une journée bien plaisante pour ces résidents du quartierCertainement une initiative à maintenir l'an prochain. Et surtout, je sais désormais que les artistes de l'îlot des Tanneurs ne sont pas qu'un mythe, mais bien une réalité.