El Djazaïr, cinq amours

Sans le savoir, les habitués du Nektar ont circulé cette dernière année dans le bureau de production d’une aventure cinématographique entre l’Algérie et le Québec. Né du désir de jeter des ponts entre les deux peuples, El Djazaïr mon amour rassemble cinq courts métrages réalisés par Elias Djemil, Guillaume Fournier, Yannick Nolin, Michaël Pineault et le Saint-Rochois Samuel Matteau, avec le soutien de Jean-Pierre Vézina et de Raouf Benia. Plusieurs « bonnes adresses cinématographiques » du quartier y ont collaboré, dont Kinomada, Spirafilm et Studio élément, où se tenait le visionnement de presse en vue du lancement.Retour aux sources chargé d’émotions (La douceur de ses mains, Michaël Pineault), fierté nationale sportive (1-2-3 Viva Algeria, Yannick Nolin), espoir et affection fraternelle (Une idée pour demain, Guillaume Fournier), passion de musiciens engagés (Au rythme du temps, Elias Djemil), déchirements d’une idylle (Karim + Hadjer, Samuel Matteau)… Les deux fictions et les trois documentaires posent chacun une caméra empreinte d’amour sur le pays où ils ont été tournés.Ensoleillée, accueillante, festive, l’Algérie de El Djazaïr mon amour contraste avec celle que nous montrent habituellement nos écrans nord-américains. Même Elias Djemil, qui dans le premier film retrouve ce pays natal quitté il y a 21 ans, en a eu la surprise. Atterrissant avec lui, on est entraîné au fil de la projection à la découverte de différents visages et sourires de l’Algérie, à travers ses rues, de café en bidonville, de terrain de foot en studio de son.L’expérience cinématographique du collectif a été documentée dès son développement dans un blogue alimenté par les textes de Guillaume Fournier et les images de tous, qui prolongent le voyage amorcé durant la projection.Dans le cadre du Festival de cinéma de la ville de Québec, les films de El Djazaïr mon amour sont lancés en présence des cinéastes ce mercredi 17 septembre à 19 h 30 au Cabaret du Capitole. Une exposition de photographies du collectif est présentée au Diamant dès 17 h ce même jour. L’entrée aux deux activités est libre et gratuite.

Publicité