Churros et poutine cubaine sur Saint-Joseph : Varadero

Il y a quelques semaines, une onde de choc a traversé Saint-Roch : le Jacques-Cartier, véritable institution de la rue Saint-Joseph, fermait ses portes. En lieu et place, on retrouve maintenant le Varadero.

En gourmande que je suis, j’en étais bien heureuse : bien qu’on retrouve plusieurs restaurants asiatiques et quelques mexicains dans les environs, nous n’avions pas de spécialités cubaines à nous mettre sous la dent. J’avais donc très hâte d’aller découvrir ce que ce nouveau commerce allait nous offrir : les menus à l’entrée varient du déjeuner classique deux œufs-bacon aux spécialités cubaines, en passant par le club sandwich et le hot chicken, tout ça dans un décor typique de diner des années 50.C’est donc en groupe que Monsaintroch s’est rendu dîner chez Varadero.D’entrée de jeu, pas trop de dépaysement : le décor du Jacques-Cartier est presque intact. On a rafraîchi la peinture et des portraits de Che Guevara remplacent les bibelots d’autrefois. Outre cela, il y a encore des habitués au comptoir qui sirotent leur café en faisant leurs mots croisés.Côté menu, on semble avoir tout simplement conservé le menu du Jacques-Cartier en y ajoutant un menu cubain. Pour le décrire, sachez qu’une constante se dégage de tous les plats : il y a de la lime (le VRAI citron), de l’ail, des oignons, des poivrons et des carottes. Ensuite, ajoutez la protéine de votre choix : crevettes, poulet, porc, et complétez le tout par une petite verte et un bol de riz aux haricots noirs.

À souligner

La cuisson parfaite du poulet, savoureux et tendre, et la cuisson tout aussi parfaite des crevettes : cuites à point, mais sans être coriaces, comme c’est trop souvent le cas.La poutine cubaine : de belles frites dorées et craquantes, du fromage en grains et une sauce inventée par le chef. La petite touche sucrée rappelle une sauce du Général Tao et, si le fromage avait été un peu plus frais, ça aurait frôlé la perfection. Un petit détail qui devrait se corriger facilement.Les churros : longs et minces, à la fois croquants et moelleux, saupoudrés de sucre et de cannelle, c’est définitivement mon coup de cœur. À 10 pour 2 $, il faudrait vraiment que le Varadero prévoie la demande et s’équipe même de petits sacs de papier pour qu’on puisse arrêter en passant et repartir avec un petit sac de churros à grignoter en prenant une marche. Imaginez ça avec les petits flocons qui tombent… Pour les curieux, ils ne sont pas servis avec du chocolat, mais ils se défendent très bien tous seuls !La gentillesse du chef : très patient, il nous a expliqué tous ses plats, nous a offert à tous de petits bols de riz supplémentaires et a pris le temps de jaser avec nous en souriant.Alors, on y va ?Définitivement, que ce soit pour les deux œufs-bacon, le hot chicken, la poutine cubaine ou les churros !Notez que le restaurant est en attente de son permis d’alcool – ce ne sera donc pas un apportez votre vin.

Le Varadero189, rue Saint-Joseph Est418 265-5491

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir