De Bordeaux à Saint-Roch !

[youtube clip_id= »jew9dxhP8nM » width= »625″ height= » »]Le tournage de cette capsule a eu lieu avant les fêtes.Saint-Roch a des accents européens depuis quelques mois et pour cause. L’entreprise de Bordeaux, 10h11, a privilégié le quartier Saint-Roch, plus précisément le 305 Charest Est, comme terre d’accueil pour sa filiale québécoise 04h11, nommée ainsi en clin d’oeil au décalage horaire. Cette entreprise de visualisation de données a vu le jour il y a 3 ans à Bordeaux. Elle s’est inspirée de la création d’Internet le 16 octobre 1962 à 10 h 11 ainsi qu’au langage binaire en informatique pour choisir son nom.Pour ceux qui se questionnent : non, la visualisation de données ne consiste pas en l’utilisation d’une grosse loupe pour voir des chiffres dans un tableau, mais à bien identifier une tendance, à partir d’un ensemble de données chiffrées ou d’informations texte ou mécanique, recueillies à partir de différents comportements humains. Cette pratique permet ensuite d’extraire des conclusions basées sur des faits réels, puisque c’est une fois les données rassemblées qu’elles prennent tout leur sens. L’objectif de 04h11  travaille donc à rendre plus compréhensibles les données des entreprises ou organisations pour permettre de les communiquer aux clients ou employés sous forme d’histoires visuelles ou animées. Rien de plus exaspérant et coûteux qu’un rapport de 50 pages, qu’un PowerPoint drabe avec pléiades de tableaux chiffrés et matrices incompréhensibles. Pour faciliter la prise de décision ou la compréhension des messages à partir des données, il est préférable de l’illustrer de façon ludique sans nécessairement utiliser cette notion plus abstraite que sont les nombres.À l’air du Big data et du tracking des activités humaines sous toutes ses formes, il était plus que temps qu’une entreprise capable de transformer ces données en message qui communique un résultat interprétable voit le jour ! Selon Éliot Jacquin, associé et directeur de l’entreprise, il n’y a pas de réelle compétition ici.La ville de Québec rassemble le siège de grandes entreprises et son statut de capitale nationale offre des opportunités dans le secteur public et parapublic. Ce n’est pas sans raison que l’équipe a d’ailleurs rapidement vu tout le potentiel autour de la communication du message derrière les données, soit la restitution et visualisation de celles-ci.Qu’il s’agisse d’observatoire de la consommation de l’ensemble des villes d’un pays, de mesurer et rassembler différents indicateurs permettant de justifier des obligations environnementales ou imager le guide de l’employé en faisant une représentation graphique des différentes tâches journalières sur une chaîne de production, on peut dire que 04 h 11 agit en tant que «scénariste de la donnée». On pourrait appeler ça une forme de narration imagée, mais basée sur des faits réels, donc beaucoup plus communicative qu’un simple texte ou tableau chiffré.Cette expertise, encore mal comprise et normalement présentée sur une plateforme web, pourrait être très bénéfique à nos dirigeants du privé et du public, pour justifier, par exemple, la hausse des coûts de l’électricité. Comme 04h11 l’a fait avec la Lyonnaise des eaux pour permettre aux citoyens de comprendre la politique environnementale. Pour s’amuser, 04h11 a même développé un tableau de bord nommé City Dashboard (version Beta) des villes d’Europe sur les informations essentielles qui concernent le citoyen, avec différentes catégories d’informations clés (qualité de l’air, stationnements disponibles, spectacles, ligne de train, température, commerces, restaurants à proximité, actualité, échanges réseaux sociaux, etc.). Outil qui leur a d’ailleurs permis d’obtenir plusieurs prix.Je vois déjà un gros potentiel pour les entreprises d’ici comme Hydro Québec, RTC, Tourisme Québec, Cefrio, la VETIQ, la Ville, le Musée… et j’en passe. De plus, comme 04h11 ne fait pas la cueillette de données, il y a de beaux maillages à faire avec les autres entreprises d’ici spécialisées dans ce créneau. Après seulement quelques semaines de vie en sol québécois, l’entreprise peut déjà compter sur un client québécois majeur, soit Industrielle Alliance. Ce n’est pas tout, « du coup », pour reprendre cette délicieuse expression française, ça parle même de nous à Bordeaux dans ce reportage !Cela démontre une fois de plus que Saint-Roch est un secteur en forte croissance en ce qui a trait à l’écosystème numérique.