Voix, printemps et poésie

Normand Genois, poete
Normand Génois
Collaboration spéciale – Maude Poissant (Monsaintsauveur.com)Le Café Babylone a laissé la place la semaine dernière, à une série de spectacles littéraires à forte teneur poétique, présentés par le Mois de la Poésie (anciennement connu sous le nom de « Printemps des poètes »). À Québec, en effet, le mois de mars est consacré à la poésie, et de nombreux auteurs de la Capitale et d’ailleurs sont invités à se produire sur scène.J’ai pour ma part eu l’occasion d’assister aux soirées Voix et territoire et Forger le printemps, présentées respectivement les 13 et 14 mars.Organisée par le poète Normand Génois, Voix et territoire, cette mise en lecture de textes poétiques, a fait salle comble au Babylone. Trois poètes aguerris, Normand Génois, Jacques Ouellet et Catherine Fortin, ont tour à tour pris la scène pour y lire leurs propres textes, inédits ou récemment publiés, ou ceux d’autres auteurs qui les inspirent.Sur scène, le musicien Frédéric Dufour accompagnait admirablement les lectures à la guitare acoustique, laissant toujours la poésie résonner au premier plan, mais ajoutant, de façon subtile et mesurée, une couleur musicale à des poèmes traitant de « la nécessité de la nature », des textes souvent contemplatifs, révélant l’essence du monde, ses nécessités oubliées. La soirée était réussie sur toute la ligne. Coup de cœur à Jacques Ouellet, pour ses lectures senties et lentes, qui nous font suivre le texte pas à pas, dans toute sa profondeur.Forger le printemps mettait pour sa part en scène plusieurs poètes ayant publié aux Écrits des forges, une maison d’édition essentiellement consacrée à la poésie, située à Trois-Rivières. On a pu y entendre différents types de textes, de la poésie concentrée et ciselée d’Isabelle Forest, en passant par les jeux de langue étonnants de Josée Marcotte, le slam émouvant de David Goudreault, le discours fondamentalement autochtone de Jean Sioui et les poèmes intimistes de Valérie Forgues. Même Patrick Boulanger, éditeur aux Écrits des Forges et poète, a pris part à la fête et récité un inédit, au grand plaisir des spectateurs. Frédéric Dufour a cette fois aussi occupé une place sur scène auprès des auteurs, mais en variant les sonorités. Il a entre autres accompagné Isabelle Forest à la guitare électrique, ajoutant à un texte déjà audacieux un blues langoureux et obsédant et décuplant ainsi l’intensité du texte tiré de L’Amour ses couteaux.Le Mois de la poésie se poursuit tout le mois de mars, des événements prennent place presque tous les jours dans le quartier Saint-Roch.

Publicité

Mes suggestions :

  • Les transatlantiques et Albert Camus lit l’Étranger Remix, jeudi 21 mars, Le Cercle, 20 h.
  • Les lectures de Diogène et Poèmes de détention et autres contes, vendredi 22 mars, Studio P, 20 h.
  • Les transatlantiques et Sortir de l’écran / Spoken screen,  samedi 23 mars, Le Cercle, 20 h.