Taxes municipales à Québec : le non résidentiel écope

Rue Saint-Joseph, quartier Saint-Roch
Rue Saint-Joseph, septembre 2012.
 Source : Québec Hebdo, Véronique Demers, 12 mars 2013 Une étude démontre une distorsion entre les catégories d’immeubles.Le fardeau fiscal des propriétaires de commerces et d’entreprises est plus élevé que celui de propriétaires résidentiels, selon une étude de la firme De Rico Experts-conseils pour le compte de l’Institut de développement urbain du Québec (IDU Québec), dévoilée mardi. (…)Selon le directeur général de la Société de développement commercial (SDC) du centre-ville de Québec, Stéphan Sabourin, près de 40% du tissu commercial est touché principalement par la hausse de taxes du secteur non résidentiel.«Il y a un danger de refiler la facture au client, mais l’impact se fait aussi sentir sur le recrutement commercial. On a fait un sondage maison et dans les commerces les plus touchés, oui, il y en a qui pensent à fermer, à quitter les lieux», a-t-il témoigné. (…)[ Lire la suite ]

Publicité