SoHo sur Saint-Joseph

En passant la porte de la Galerie d’art Factory, nouvellement installée sur la rue Saint-Joseph, je suis directement transportée dans SoHo… ou est-ce plutôt Chelsea ? ou Brooklyn ? Les plafonds démesurément hauts, les murs de brique couverts de toiles de style urbain, l’atelier ouvert que j’aperçois à l’arrière à travers un mur de « palettes » sur lequel le nom de l’endroit est peint en grosses lettres, tout me rappelle les galeries de New York installées dans d’anciennes manufactures et où il fait si bon flâner pour découvrir et rencontrer les artistes locaux. Cynthia Coulombe-Bégin et Jypé, sympathiques copropriétaires, m’accueillent entre deux bouchées de sushi pour me parler, les yeux brillants, de leur démarche et de leur vision de Saint-Roch.Tous deux nés de mères artistes et ayant eux-mêmes expérimenté d’autres disciplines et médiums, les deux peintres ont maintenant trouvé leur identité artistique propre. Leurs signatures sont distinctives et leurs carrières encore toutes jeunes sont définitivement en ascension. Forts de plusieurs expositions dans différentes galeries mais en manque de contact direct avec la clientèle, ils souhaitaient trouver le moyen de rapprocher l’art et le citoyen. Choisir Saint-Roch pour mettre au monde leur projet est devenu pour eux une évidence, le quartier étant propice à ce concept de proximité entre artistes, clients et passants.Leurs oeuvres aussi, de même que celles des artistes qui seront prochainement représentés, collent bien au quartier : urbaines, actuelles, éclatées, audacieuses, elles semblent plaire aux jeunes professionnels qui s’installent dans le secteur et qui fréquentent les boutiques avoisinantes, aux dires des deux complices. En rigolant, ils me racontent comment les couples entrent dans la galerie comme dans un magasin de chaussures : les filles se dirigent vers la gauche et les gars, vers la droite. C’est que les toiles de Cynthia, tout en couleurs éclatantes, en mouvement et en féminité font face à celles de Jypé, plus rectilignes et dominées par des accents noirs et rouges tranchés. Intéressant parallèle avec les parcours distincts des artistes, dont l’un est marqué par la danse et l’autre, par des études en droit.Les jeunes propriétaires comptent se démarquer et susciter l’intérêt envers leur galerie par le caractère événementiel qu’ils y attacheront. Cynthia et Jean-Philippe ont la ferme intention de rapprocher l’artiste de sa clientèle en créant des événements rassembleurs où l’art spontané sera à l’honneur. Déjà, on sait que l’ouverture officielle de la Galerie, qui aura lieu ce mercredi 12 juin en formule 5 à 7 ouvert à tous, mettra à contribution d’autres artistes ainsi qu’un volet création en direct. À cela s’ajoutera la participation de commerces voisins, signe que les propriétaires de la galerie misent déjà sur la synergie du quartier. Ce quartier, ils le trouvent définitivement stimulant, comme l’indique Jypé :

Il y a de l’énergie ici et la mixité de la faune locale est inspirante. Dans Saint-Roch, il y a toute sorte de monde et le mélange fonctionne ».

Souhaitons-leur que la galerie et ses événements fonctionnent tout autant !

Factory735, rue Saint-Joseph Est418 271-5826